'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> 'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> 'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> 'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> 'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> 'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> Le Premier ministre français à Wurtzbourg et Munich (5-6 (...) - France-Allemagne.fr

Le Premier ministre français à Wurtzbourg et Munich (5-6 avril 2013)

Le Premier ministre français, Jean-Marc Ayrault, en visite officielle en Bavière les 5 et 6 avril.

Photo : Yves Malenfer/Matignon. Il s’est rendu à Wurtzbourg où il a été fait citoyen d’honneur de l’université Julius Maximilian.
Rappelant qu’il avait fait une partie de ses études dans cette université dont il a été fait citoyen d’honneur, le Premier ministre a déclaré : "c’est ici que j’ai appris à aimer l’Allemagne et les Allemands, le peuple allemand. De là est née cette conviction de renforcer la relation franco-allemande pour relancer le moteur européen" .

A Munich, il s’est entretenu avec le ministre-président de Bavière et le maire de la ville et a rencontré les acteurs de la sphère économique bavaroise. Le Premier ministre s’est également rendu à la Ludwig-Maximilians Universität où se tenait une exposition consacrée au mouvement de résistance "Rose blanche" (1).

Jean-Marc Ayrault a salué le courageux engagement des membres de la "Rose blanche"contre le nazisme. "Ces jeunes sont l’honneur de l’Allemagne. Dans un régime de terreur absolue, il n’était pas facile de se lever, mais ils l’ont fait", a-t-il déclaré.
"Ce qui s’est bâti ici, a-t-il ajouté, avec le traité de l’Élysée mais aussi avec la construction européenne, a été construit sur les bases du message que Hans et Sophie Scholl nous ont laissé".

"La rose blanche" est un mouvement clandestin de résistance au nazisme fondé au printemps 1942 par deux étudiants en médecine de l’université de Munich, Hans Scholl et Alexander Schmorell. En février 1943, Hans Scholl et sa sœur Sophie sont dénoncés et arrêtés par la Gestapo. Condamnés à mort pour haute trahison, ils sont exécutés. D’autres résistants de la Rose blanche subiront le même sort quelques mois plus tard. Un mémorial a été érigé en leur mémoire sur la place de l’université de Munich, devenue la place Scholl.

Il a participé, en fin de voyage, à la cérémonie d’inauguration de l’exposition "De Gaulle-Adenauer - Les Bâtisseurs de l’amitié franco-allemande".

Version imprimable