'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> 'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> 'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> 'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> 'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> 'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> Le Premier ministre français invité d'honneur du dîner (...) - France-Allemagne.fr

Le Premier ministre français invité d’honneur du dîner de la Saint-Matthieu à Hambourg

Photo : Pierre Chabaud/Matignon. Dans le cadre de l’année commémorant le 50ème anniversaire du Traité de l’Elysée, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a effectué un déplacement à Hambourg, vendredi 22 février 2013.

Après s’être rendu sur les sites industriels de Morpho Detection, filiale du groupe Safran, et d’Airbus, le Premier ministre a été reçu par le maire de Hambourg, M. Olaf Scholz, pour un entretien en tête à tête. Il était aussi l’invité d’honneur du traditionnel "dîner de la Saint-Matthieu" célébré chaque année dans la capitale hanséatique aux alentours du 24 février.

Face à un parterre de 400 invités, le Premier ministre s’est exprimé en allemand. Il a notamment plaidé pour plus d’intégration et aussi plus de solidarité en Europe.

"On parle souvent de l’interdépendance de nos économies mais je trouve qu’il faudrait également parler de l’interdépendance de nos cultures et aussi de nos histoires. Cette histoire nous confère une responsabilité particulière pour l’Europe. (...) Il existe bel et bien entre nous une communauté de destin. Donc notre devoir est de faire vivre cette communauté en répondant aux espoirs des jeunes générations et qu’on les prenne au sérieux."

" (...) Mesdames et Messieurs, l’avenir de l’Europe dépend donc de notre volonté politique. Je vous le dis en tant qu’Européen convaincu, je suis sûr que la France et l’Allemagne ont une responsabilité particulière. Cette responsabilité, il faut l’assumer et nous devons avoir des idées claires et ne pas douter de nous-mêmes."

Version imprimable