Déclaration sur l’Europe du sud-est - 75ème Sommet franco-allemand à Mayence (9 juin 2000)

Lors du sommet franco-allemand de Mayence, le Président Chirac, le Premier ministre Jospin et le Chancelier fédéral Gerhard Schröder ont débattu de la situation actuelle dans les Balkans. Ils sont convenus que l’Allemagne et la France poursuivront et intensifieront leurs efforts conjoints visant au maintien de la paix, à la stabilité dans cette région et à la réconciliation de ses habitants.

Assurer la paix dans l’Europe du sud-est demeure une tâche prioritaire de l’Union européenne qui apporte déjà des contributions décisives aux missions de paix des Nations unies, de l’OTAN et de l’OSCE ainsi qu’à la reconstruction de l’ex-Yougoslavie. La France et l’Allemagne souhaitent que l’Union européenne assume pleinement son rôle directeur dans le cadre du Pacte de stabilité.

La France et l’Allemagne estiment que l’Union européenne doit renforcer la cohérence et le volontarisme de sa politique et qu’elle doit avoir une stratégie plus déterminée pour les Balkans. Ce sera l’un des objectifs principaux de la France en tant que président de l’Union européenne.

La poursuite de la démocratisation des pays des Balkans occidentaux ne peut pas venir en premier lieu de l’extérieur ; elle doit naître et se fortifier de l’intérieur. L’Allemagne soutient l’idée de la rencontre au sommet proposée par la France, entre l’Union européenne et les pays de cette région qui, à des stades divers, sont les plus avancés dans leur évolution démocratique. L’Allemagne et la France travailleront conjointement à la préparation de ce sommet. Il permettra d’assurer les pays de cette région de la solidarité européenne et d’étudier avec eux les moyens d’accélérer le processus des réformes démocratiques et économiques.

La France et l’Allemagne sont conscientes des leçons tirées de leur Histoire et de la valeur exemplaire de leur réconciliation. Elles sont convaincues que leur modèle d’échanges et de contacts amicaux à tous les niveaux de la société peut s’appliquer fructueusement à l’Europe du sud-est.

Elles sont par conséquent convenues d’entreprendre conjointement dans le cadre de la politique de l’Union européenne et en soutien du Pacte de stabilité, les projets joints en annexe relatifs à la poursuite de la démocratisation, au développement économique et à la coopération régionale et, partant, au rapprochement vers l’Union européenne.

ANNEXE

1 - Echanges de jeunes

L’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ) a été invité à développer ses activités dans l’Europe du sud-est et à renforcer dans l’avenir ses programmes d’échanges trilatéraux dans cette région, comme il a su le faire avec les pays d’Europe centrale et orientale. La coopération déjà établie avec la Roumanie, la Bulgarie et la Croatie mérite d’être développée et une action du même type doit se créer avec les autres pays de l’Europe du sud-est.

Cette nouvelle orientation peut être engagée dès les prochaines semaines. Ainsi, un premier projet intitulé " 2000 année de la paix en Bosnie ", va-t-il être lancé en juillet 2000 en Bosnie-Herzégovine : 500 jeunes de France, d’Allemagne et de toutes les parties de la Bosnie-Herzégovine participeront à 15 rencontres différentes dans l’ensemble du pays. D’autres projets doivent suivre en Macédonie, en Albanie et au Kosovo.

L’OFAJ doit mettre en place une coopération à long terme avec des partenaires de l’Europe du sud-est pour aider au renforcement des mouvements associatifs et éducatifs et des organisations locales de jeunesse. Cette coopération contribuera à ce que les citoyens de tous nos pays développent entre eux une connaissance réciproque et un dialogue respectueux de la culture de l’autre, dans un esprit européen de tolérance et de fraternité.

2 - Coopération universitaire

En matière universitaire, la France et l’Allemagne souhaitent que les instruments établis pour développer la coopération franco-allemande puissent s’ouvrir, dans des conditions à définir par les autorités universitaires compétentes, à des universités, des professeurs, des chercheurs et des étudiants d’Europe du sud-est :

  • le programme franco-allemand PROCOPE d’échanges de scientifiques pour des projets communs de recherches pourrait bénéficier à des participants d’Europe du sud-est. Il s’agirait en premier lieu de l’inclusion de participants d’Europe du sud-est dans des séjours de formation continue et de recherche puis ultérieurement de la mise en place d’une véritable coopération triangulaire,
  • l’Université franco-allemande (UFA), récemment établie à Sarrebruck, pourrait encourager ses établissements-membres à accueillir des étudiants de l’Europe du sud-est (pour des formations allant jusqu’à deux ans), en particulier dans le domaine des sciences de l’ingénieur. 3 - Coopération dans le domaine de la formation professionnelle

Les institutions franco-allemandes qui ont développé une action dans le domaine des échanges en formation professionnelle, notamment le Secrétariat franco-allemand pour les échanges en formation professionnelle (S.F.A.) et l’OFAJ, sont invitées à ouvrir leur programmes à de jeunes travailleurs et à des apprentis de l’Europe du sud-est, en particulier dans les secteurs de l’agriculture, de l’artisanat et des PME/PMI.

4 - Coopération administrative et formation en administration publique

La coopération administrative franco-allemande doit servir à la formation de jeunes magistrats, cadres de l’Etat et des collectivités locales des pays de l’Europe du sud-est. Les institutions françaises et allemandes concernées doivent étudier ensemble les moyens d’apporter leur assistance pour la mise en place de capacités de formation.

5 - Action des villes jumelées - coopération décentralisée

Les villes françaises et allemandes jumelées sont invitées à concevoir ensemble et à mener à bien des projets de coopération avec des municipalités d’opposition de Serbie et avec des municipalités du Monténégro et du Kosovo, dans le souci de leur apporter une assistance immédiate et de donner à leurs citoyens un témoignage concret et visible de solidarité.

Les gouvernements français et allemand soutiendront financièrement ces projets. Les ministères des Affaires étrangères français et allemand se concerteront à cette fin avec les associations et les organisations fédérant les villes et collectivités locales françaises et allemandes.

6 - Aide aux medias indépendants - coopération dans le domaine de l’audiovisuel

La coopération avec les medias indépendants en Europe du sud-est doit être renforcée.

La chaîne franco-allemande ARTE a accepté d’accueillir quelques jeunes journalistes de l’Europe du sud-est à Strasbourg et Baden-Baden.

Radio France Internationale (RFI) et Deutsche Welle ont été invitées à se concerter pour apporter conjointement aux medias indépendants une aide sur les plans technique et journalistique. Elles ont également été invitées à étudier le possible développement d’offres de programmes communs en direction de l’Europe du sud-est, ainsi que les conditions dans lesquelles elles pourraient apporter en commun aux autorités de ces pays leur expertise pour l’élaboration et la mise au point des lois et réglementations nationales sur les medias.

7 - Action de l’Institut de Berlin-Brandebourg pour la coopération franco-allemande en Europe

L’Institut Berlin-Brandebourg pour la coopération franco-allemande en Europe a établi un programme trilatéral, ouvert à des personnalités d’influence de France, d’Allemagne et des pays de l’Europe du sud-est (notamment des journalistes, des responsables économiques et politiques, des créateurs, des chercheurs) et destiné à faire progresser la connaissance mutuelle de leur histoire et de leur pensée, notamment à travers une réflexion menée en commun sur des " lieux de mémoire " dans l’Europe du sud-est.

8 - Action dans le domaine de l’environnement

La protection de l’environnement étant un des objectifs majeurs de nos deux pays, la France et l’Allemagne examineront ensemble les possibilités de coopération en Europe du sud-est, en particulier dans les domaines de la protection des eaux et la qualité de l’air.

La France et l’Allemagne attachent du prix au projet-pilote concernant le Lac Skadar, situé entre l’Albanie et le Monténégro. Elles étudieront avec les autorités de ces deux pays, si celles-ci le souhaitent, les moyens de contribuer ensemble à l’amélioration de la qualité des eaux de ce lac et à la protection de son environnement.

9 - Maîtrise des armements

La coopération franco-allemande pour la maîtrise des armements dans l’Europe du sud-est sera poursuivie, spécialement en utilisant les Accords de Dayton/Paris et le Pacte de Stabilité.

La France et l’Allemagne se félicitent des actions conjointes déjà menées dans le domaine de la réduction des armements en Bosnie-Herzégovine et poursuivront celles-ci.

Nos partenaires sont invités à apporter leur soutien aux deux projets présentés respectivement par l’Allemagne et par la France, dans le cadre de la Table de travail Sécurité du Pacte de Stabilité, projets visant d’une part à créer en Croatie un " Centre régional de vérification des accords de maîtrise des armements ", et d’autre part à établir un " Système régional d’observation aérienne " dans la région de l’Europe du sud-est.

Version imprimable