Déclaration des Ministres des Affaires étrangères sur le renforcement de la coopération franco-allemande en matière de politique étrangère

Les consultations du 3 juillet 1997 à Bonn ont été l’occasion de réaffirmer notre détermination commune à approfondir la coopération franco-allemande, à renforcer les multiples liens entre nos deux pays, dans une période où l’Europe est confrontée à un certain nombre de défis majeurs.
Dans cet esprit, et partant d’une analyse commune, nous avons décidé de prendre dès à présent plusieurs décisions qui visent à renforcer le "réflexe franco-allemand" dans l’activité quotidienne de nos ministères.
A cette fin, nous sommes convenus :

I - De promouvoir des initiatives ministérielles communes

  • Nous envisageons d’entreprendre des visites communes dans certains pays. Nous veillerons également à nous concerter sur nos calendriers de déplacements.
  • Les conférences franco-allemandes d’ambassadeurs constituent un instrument important de notre concertation. Elles se poursuivront régulièrement. Après celle de Berlin portant sur la Russie et l’Ukraine en 1996, la prochaine conférence sera consacrée aux "relations transatlantiques", qui sont d’une importance majeure pour nos deux pays. Elle doit se tenir en France en 1998. II - De resserrer les liens entre les services allemands et français
  • Les services concernés des deux ministères se concerteront encore plus intensément dans tous les domaines d’intérêt commun. Pour toutes les échéances bilatérales et multilatérales importantes, l’objectif doit être d’élaborer en amont des positions communes. Dans tous les cas, les notes préparées pour les échéances importantes devront tenir compte de la position du partenaire.
  • Nous avons besoin de diplomates qui se connaissent et soient familiarisés avec les structures et les méthodes de travail du partenaire. C’est pourquoi les diplomates français et allemands à partir du niveau de sous-directeur effectueront, dans les quatre mois de leur prise de fonction à l’administration centrale, une visite de présentation dans le ministère des Affaires étrangères du pays partenaire. Cette mesure s’appliquera également aux rédacteurs qui traitent de sujets intéressant le pays partenaire.
  • Les programmes de formation pour jeunes diplomates comprendront des stages d’accueil dans le ministère du pays partenaire. Les jeunes diplomates bénéficieront d’un enseignement généralisé de la langue du partenaire. III - De faire évoluer les méthodes de travail
  • Nous voulons explorer de nouvelles voies pour l’évolution des structures et méthodes de travail de nos ambassades bilatérales. C’est ainsi que, sur la base de l’expérience acquise depuis dix ans en matière d’échange de fonctionnaires, un premier pas sera accompli par l’affectation prochaine d’un diplomate allemand à l’ambassade de France à Bonn et d’un diplomate français à l’ambassade d’Allemagne à Paris.
  • Afin d’intensifier les échanges d’informations entre les deux ministères des Affaires étrangères, les ambassadeurs à Bonn et à Paris seront autorisés à transmettre, suivant leur appréciation, des documents réservés à l’information interne du ministère du pays de résidence (notes, télégrammes diplomatiques). Les modalités devront être réglées par un accord complémentaire. Le destinataire sera tenu de garantir le degré de confidentialité des documents.
  • Pour permettre une communication simplifiée entre les deux ministères, l’accès aux réseaux de messagerie électronique (mél) sera généralisé et nos ambassades à Paris et à Bonn y seront connectées. L’usage de la vidéoconférence sera développé.
  • La coopération administrative déjà bien établie entre les représentations de la France et de l’Allemagne en pays tiers sera poursuivie et étendue. A cet égard, l’arrangement administratif concernant le partage des services administratifs et des locaux à Praia (Cap Vert) constitue un accord appelé à servir de modèle pour des coopérations dans d’autres pays. * * *

Un bilan de la mise en oeuvre de ces actions sera dressé dans un an.

Version imprimable