'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> 'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> 'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> 'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> 'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> 'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> L'actualité - France-Allemagne.fr

L’actualité

16 février
2021

Déclaration conjointe des ministres des Affaires étrangères de la France, d’Allemagne, d’Italie, du Royaume-Uni et des États-Unis d’Amérique - Attaque par tirs de roquette à Erbil (16 février 2021)

Déclaration conjointe des ministres des Affaires étrangères de la France, d’Allemagne, d’Italie, du Royaume-Uni et des États-Unis d’Amérique - Attaque par tirs de roquette à Erbil (16.02.21)

Nous, Ministres des affaires étrangères de la France, d’Allemagne, d’Italie, du Royaume-Uni et des États-Unis d’Amérique, condamnons fermement l’attaque par tirs de roquette intervenue ce 15 février dans la région du Kurdistan irakien. Nous présentons nos condoléances aux victimes, à leurs familles et au peuple irakien. Ensemble, nos gouvernements apporteront leur soutien à l’enquête du gouvernement irakien sur cette attaque afin de s’assurer que les responsables rendent des comptes. Nous affirmons d’une seule voix que les attaques contre le personnel et les emprises des États-Unis et de la Coalition ne seront pas tolérées.

11 février
2021

Iran - JCPoA - Déclaration des porte-parole des E3 (12 février 2021)

Iran - JCPoA - Déclaration des porte-parole des E3 (12.02.21)

Nous, les gouvernements de la France, de l’Allemagne et du Royaume-Uni, notons avec une grande inquiétude la récente confirmation par l’AIEA que l’Iran produit de l’uranium métallique en violation du PAGC. En vertu de cet accord, l’Iran s’est engagé à ne pas produire d’uranium métallique et à ne pas conduire de recherche et développement sur la métallurgie de l’uranium pour une durée de 15 ans.

Rappelant notre déclaration du 16 janvier, nous réaffirmons que ces activités, qui constituent une étape clé dans le développement d’une arme nucléaire, n’ont aucune justification civile crédible en Iran.

Nous appelons instamment l’Iran à mettre fin à ces activités sans délai et à s’abstenir de toute nouvelle violation de ses engagements nucléaires. En accélérant ses violations, l’Iran compromet la possibilité qu’un retour à la diplomatie permette la réalisation pleine et entière des objectifs du PAGC.

Source : Site du Ministère de l’Europe et des affaires étrangères

10 février
2021

Déclaration des porte-parole E3 (Allemagne, France, Royaume-Uni) - Attaques aériennes sur l’Arabie saoudite (11 février 2021)

Déclaration des porte-parole E3 (Allemagne, France, Royaume-Uni) - Attaques aériennes sur l’Arabie saoudite (11.02.21)

Les E3 ( Allemagne, France, Royaume-Uni) condamnent fermement l’attaque revendiquée par les Houthis sur l’aéroport international d’Abha, au sud de l’Arabie saoudite le 10 février. Les attaques continues de cette nature, y compris celles visant des zones civiles en violation du droit international, illustrent la gravité de la menace que la prolifération de drones fait peser sur la stabilité de la région. Nous réitérons notre attachement résolu à la sécurité et à l’intégrité territoriale de l’Arabie saoudite, et réaffirmons notre ferme soutien en faveur d’une résolution rapide du conflit au Yémen qui apportera la stabilité indispensable à la région.

Source

7 février
2021

Libye - Déclaration des porte-parole des ministères des Affaires étrangères de la France, de l’Allemagne, des États-Unis, de l’Italie et du Royaume-Uni (5 février 2021)

Libye - Déclaration des porte-parole des ministères des Affaires étrangères de la France, de l’Allemagne, des États-Unis, de l’Italie et du Royaume-Uni (05.02.21)

Les gouvernements de la France, de l’Allemagne, de l’Italie, du Royaume-Uni et des États-Unis d’Amérique saluent l’accord auquel est parvenu le Forum de dialogue politique libyen sur un pouvoir exécutif unifié temporaire libyen, chargé de mener le pays vers l’organisation d’élections nationales le 24 décembre 2021.

L’accomplissement de cette étape fondamentale vers une solution politique négociée et inclusive est le fruit d’un processus défini et mené par les Libyens, de la médiation des Nations unies et du soutien du peuple libyen. Nous saluons à cet égard la mobilisation extraordinaire de la mission d’appui des Nations unies en Libye et de Mme Stephanie Williams, représentante spéciale par intérim du secrétaire général des Nations unies. Nous nous réjouissons de pouvoir apporter notre plein soutien à M. Ján Kubiš, envoyé spécial du secrétaire général des Nations Unies.

Nous appelons l’ensemble des autorités et acteurs libyens en place à assurer une passation fluide et constructive des compétences et des missions au nouveau pouvoir exécutif unifié.

Depuis la conférence de Berlin, la Libye a considérablement progressé vers l’instauration d’une paix et d’une stabilité durables, notamment par la reprise de la production d’énergie, la conclusion de l’accord de cessez-le-feu du 23 octobre 2020 observé dans tout le pays, l’adoption de la feuille de route relative à l’organisation d’élections nationales en décembre 2021 et, à présent, le choix d’un pouvoir exécutif transitoire unifié.

Un long chemin reste à parcourir. Le pouvoir exécutif unifié devra mettre en œuvre l’accord de cessez-le-feu, fournir les services publics essentiels à la population libyenne, mettre en place un véritable programme de réconciliation, répondre aux besoins nationaux essentiels en matière budgétaire et organiser des élections nationales. Le nouveau gouvernement temporaire, qui sera nommé par le Premier ministre désigné, devra être véritablement inclusif, notamment en termes de genre, d’appartenance ethnique et d’origine régionale, afin que toute la population libyenne soit représentée.

Nous appelons les délégués du Forum de dialogue politique libyen à poursuivre leur mission essentielle, qui est de veiller à ce que la préparation et l’organisation des élections soient la priorité du nouveau pouvoir exécutif unifié, comme l’a décidé le Forum.

L’an dernier, lors de la conférence de Berlin sur la Libye, la communauté internationale s’est engagée à soutenir le règlement du conflit en Libye. Conformément à cet engagement, tous les participants à la conférence doivent désormais aider le nouveau pouvoir exécutif dans l’accomplissement de ses missions au service de la population libyenne, appliquer pleinement l’embargo sur les armes et soutenir le retrait immédiat de tous les mercenaires et combattants étrangers.

Nous sommes prêts à prendre des mesures à l’encontre de ceux qui menaceraient la stabilité ou nuiraient au processus politique en Libye.

5 février
2021

Conférence de presse conjointe du Président Emmanuel Macron et de la Chancelière Angela Merkel à l’issue du Conseil franco-allemand de défense et de sécurité (5 février 2021)

Conférence de presse conjointe du Président Emmanuel Macron et de la Chancelière Angela Merkel à l’issue du Conseil franco-allemand de défense et de sécurité (05.02.21

Quelques jours après les deux ans du traité d’Aix-la-Chapelle, le Conseil franco-allemand de défense et de sécurité s’est tenu par visioconférence, à l’invitation de l’Allemagne. Il fait suite à la réunion de ce format à Toulouse en octobre 2019, à l’invitation de la France.

Le Président Emmanuel Macron et la Chancelière Angela Merkel ont échangé sur le renforcement de la souveraineté européenne et ont fait un point d’étape sur les avancées depuis la réunion de Toulouse et sur les projets franco-allemands en cours.

PROPOS INTRODUCTIF DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE À L’OCCASION DE LA CONFÉRENCE DE PRESSE CONJOINTE DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE ET DE LA CHANCELIÈRE FÉDÉRALE D’ALLEMAGNE

Revoir la conférence de presse conjointe

26 janvier
2021

Déclaration conjointe des ministres des affaires étrangères du G7 (26 janvier 2021)

Déclaration conjointe des ministres des affaires étrangères du G7 (26 .01.21)

Nous, ministres des Affaires étrangères de la France, de l’Allemagne, du Canada, des États-Unis d’Amérique, de l’Italie, du Japon et du Royaume-Uni, ainsi que le haut représentant de l’Union européenne, condamnons unanimement l’arrestation et la détention pour raisons politiques d’Alexeï Navalny.

Nous sommes profondément préoccupés par la détention de milliers de manifestants pacifiques et de journalistes et nous appelons la Russie à respecter ses obligations nationales et internationales et à libérer les personnes détenues arbitrairement pour avoir exercé leur droit de réunion pacifique le 23 janvier. La répression violente par les forces de police de personnes usant de leur droit à la liberté d’opinion est inacceptable. Ces événements confirment la tendance négative persistante au rétrécissement de l’espace dont disposent l’opposition, la société civile, les défenseurs des droits de l’Homme et les voix indépendantes en Russie.

Il est déplorable que M. Navalny soit détenu sur le fondement de décisions de justice que la Cour européenne des droits de l’Homme a qualifiées en 2017 d’arbitraires et de manifestement déraisonnables. Nous, ministres des Affaires étrangères du G7, appelons les autorités russes à libérer M. Navalny immédiatement et sans conditions. La Russie est liée par ses obligations nationales et internationales de respecter et de protéger les droits de l’Homme.

Les ministres des Affaires étrangères du G7 rappellent qu’ils condamnent dans les termes les plus forts l’empoisonnement de M. Navalny en août 2020 au moyen d’un agent chimique neurotoxique du groupe Novitchok, substance mise au point par la Russie.

Nous rappelons que toute utilisation d’armes chimiques est inacceptable et viole les normes internationales qui s’opposent à leur utilisation. Nous, ministres des Affaires étrangères du G7, demandons à nouveau instamment aux autorités russes d’enquêter et de fournir une explication crédible sur l’utilisation d’une arme chimique sur leur territoire, conformément aux obligations de la Russie en vertu de la Convention sur l’interdiction des armes chimiques.

L’utilisation confirmée d’armes chimiques contre un opposant politique ainsi que la détention récente de M. Navalny compromettent plus encore la démocratie, l’expression de voix indépendantes et le pluralisme politique en Russie. Nous appelons instamment la Russie à honorer ses engagements en vertu du Pacte international relatif aux droits civils et politiques et à garantir les droits prévus par le Pacte, notamment le droit à la liberté d’expression, à toutes les personnes se trouvant sur son territoire et relevant de sa juridiction.

Nous continuerons de suivre de près la réponse de la Russie aux appels internationaux en faveur de la libération immédiate de M. Navalny et de tout manifestant et journaliste détenu arbitrairement, ainsi que de l’ouverture d’une enquête pénale sur l’empoisonnement de M. Navalny. Nous demeurons fermement attachés à la Convention sur l’interdiction des armes chimiques et continuons de soutenir la démocratie, l’État de droit et les droits de l’Homme en Russie, ainsi que d’apporter notre soutien à la société civile russe.

24 janvier
2021

Arabie saoudite - Tentatives d’attaques aériennes sur Riyad - Déclaration des porte-parole des ministères des affaires étrangères de la France, de l’Allemagne et du Royaume-Uni (25 janvier 2021)

Arabie saoudite - Tentatives d’attaques aériennes sur Riyad - Déclaration des porte-parole des ministères des affaires étrangères de la France, de l’Allemagne et du Royaume-Uni (25.0121)

Les E3 (l’Allemagne, la France et le Royaume Uni) condamnent fermement les tentatives d’attaques aériennes sur Riyad intervenues le 23 janvier. La prolifération et l’emploi de missiles et de drones sapent la sécurité et la stabilité de la région, en faveur desquelles nous sommes fortement engagés. Nous réitérons notre ferme attachement à la sécurité et à l’intégrité du territoire saoudien.

21 janvier
2021

Journée de l’amitié franco-allemande (22 janvier 2021)

Journée de l’amitié franco-allemande (22.01.21)

Ce 22 janvier 2021 marque le premier anniversaire de l’entrée en vigueur du traité sur la coopération et l’intégration franco-allemandes. Le traité a été signé le 22 janvier 2019 à Aix-la-Chapelle par le président de la République et la chancelière allemande, 56 ans, jour pour jour, après la signature par le Général de Gaulle et le chancelier Adenauer du traité de l’Élysée - symbole de la réconciliation historique entre la France et l’Allemagne.

Dans un contexte marqué par la crise sanitaire mondiale qui frappe l’Europe depuis le printemps 2020, la France et l’Allemagne ont poursuivi la mise en œuvre concrète du traité d’Aix-la-Chapelle pour la convergence bilatérale et européenne, au profit des citoyens de nos deux pays. L’initiative franco-allemande pour la relance européenne face à la crise du coronavirus proposée le 18 mai 2020 par le président de la République et la chancelière allemande a marqué une nouvelle étape historique dans la lutte conjointe contre la pandémie et dans la coopération franco-allemande pour l’Europe. Elle a produit ses premiers effets durant la présidence allemande du Conseil des ministres de l’Union européenne au deuxième semestre 2020.

Le traité d’Aix-la-Chapelle approfondit la coopération franco-allemande au service de nos concitoyens et de la convergence européenne et porte 15 projets prioritaires concrets, parmi lesquels :

un Fonds citoyen commun visant à soutenir financièrement des jumelages et initiatives citoyennes pour rapprocher les sociétés civiles des deux pays ;
un « Comité de coopération transfrontalière » chargé de proposer des solutions aux difficultés rencontrées dans les territoires frontaliers ;
un « Forum pour l’avenir » franco-allemand chargé de soutenir le dialogue entre les acteurs de nos deux pays sur les processus de transformation à l’œuvre dans nos sociétés ;
des instituts culturels franco-allemands.

L’Assemblée parlementaire franco-allemande

En parallèle de la signature du traité d’Aix-la-Chapelle, une assemblée parlementaire franco-allemande a vu le jour en mars 2019. Elle est composée de 50 députés français et de 50 membres du Bundestag. Elle se réunit au moins deux fois par an de façon alternée en France et en Allemagne. Depuis 2020, elle a tenu 4 visioconférences extraordinaires en raison de la crise sanitaire : le 28 mai en présence des 2 ministres de l’Intérieur, le 26 juin en présence des 2 ministres en charge des Finances, les 21-22 septembre en présence de la présidente de la BCE puis des 2 ministres de la Santé, et une nouvelle fois ce 22 janvier 2021 en présence du ministre allemand des Transports.

Pour en savoir plus sur le traité d’Aix-la-Chapelle et l’avancement des 15 projets prioritaires : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/allemagne/relations-bilaterales/traite-de-cooperation-et-d-integration-franco-allemand-d-aix-la-chapelle/

20 janvier
2021

Forum de dialogue politique libyen - Déclaration de la France, de l’Allemagne, des États-Unis, de l’Italie et du Royaume-Uni (21 janvier 2021)

Forum de dialogue politique libyen - Déclaration de la France, de l’Allemagne, des États-Unis, de l’Italie et du Royaume-Uni (21.01.21)

Les gouvernements de la France, de l’Allemagne, des États-Unis, de l’Italie et du Royaume-Uni saluent le vote du Forum de dialogue politique libyen en faveur du mécanisme de sélection d’un nouveau pouvoir exécutif par intérim, qui permettra l’organisation d’élections nationales en Libye le 24 décembre 2021. Ce vote constitue une étape majeure vers l’unité du pays. La décision du Forum fait écho aux exigences de la population libyenne, qui réclame sans équivoque un changement de situation. Nous encourageons toutes les parties libyennes à faire preuve de diligence et de bonne foi afin qu’un gouvernement unifié et ouvert à tous puisse enfin être constitué par l’intermédiaire du Forum. En tant que participants au processus de la conférence de Berlin et partenaires internationaux de la Libye, nous apporterons tout notre soutien aux efforts du Forum de dialogue politique libyen.

Nous nous réjouissons également de la nomination par le secrétaire général des Nations unies de son nouvel Envoyé spécial pour la Libye, M. Ján Kubiš, de celle de M. Raisedon Zenenga au poste de coordonnateur de la Mission d’appui des Nations unies en Libye et de celle de Mme Georgette Gagnon en tant que coordinatrice résidente et coordinatrice de l’action humanitaire. Nous les soutiendrons pleinement dans leurs missions essentielles. Nous exprimons notre profonde gratitude à Mme Stephanie Williams, représentante spéciale par intérim du secrétaire général des Nations unies, qui pilote la médiation avec détermination et ténacité en attendant l’entrée en fonction de M. Kubiš.

Un an après la conférence de Berlin, nous soulignons le rôle fondamental joué par la communauté internationale pour trouver une solution politique en Libye, ainsi que notre partenariat durable avec les membres du processus de Berlin, à qui nous rappelons la nécessité de respecter les engagements solennels que nous avons tous pris lors du sommet l’an dernier, renforcés par la résolution 2510 adoptée par le Conseil de sécurité. Nous devons en particulier continuer de promouvoir un cessez-le-feu, rétablir le plein respect de l’embargo sur les armes établi par les Nations unies, et mettre un terme aux ingérences étrangères néfastes qui empêchent les Libyens de rétablir leur souveraineté et de décider pacifiquement de leur avenir au moyen d’élections nationales, ce à quoi aspire l’ensemble de la population libyenne. Il est essentiel que tous les acteurs libyens et internationaux soutiennent les mesures prises en faveur de l’application pleine et entière de l’accord de cessez-le-feu libyen signé le 23 octobre dernier, qui prévoit l’ouverture immédiate de la route côtière et le départ de tous les combattants étrangers et de tous les mercenaires.

10 janvier
2021

Iran - JCPoA - Déclaration conjointe des ministres des affaires étrangères de la France, de l’Allemagne et du Royaume-Uni (6 janvier 2021)

Iran - JCPoA - Déclaration conjointe des ministres des affaires étrangères de la France, de l’Allemagne et du Royaume-Uni (6 janvier 2021)

Nous, ministres des Affaires étrangères de la France, de l’Allemagne et du Royaume-Uni, sommes profondément préoccupés du lancement le 4 janvier par l’Iran de la production d’uranium enrichi à hauteur de 20% dans l’usine d’enrichissement souterraine de Fordow. Cette mesure, qui n’a aucune justification civile crédible et qui emporte des risques significatifs de prolifération, constitue une violation flagrante des engagements de l’Iran au titre du Plan d’Action Global Commun (PAGC) et vide encore l’accord de sa substance.

Cette mesure constitue un développement négatif grave qui contredit l’engagement conjoint de préserver le PAGC pris par les participants à l’accord lors de la Commission conjointe du 21 décembre dernier. Elle risque également de mettre en péril l’importante opportunité de revenir à la diplomatie avec la nouvelle administration américaine.

Nous appelons fermement l’Iran à cesser sans délai l’enrichissement à 20%, à revenir dans son programme d’enrichissement aux limites agréées de l’accord et à s’abstenir de toute mesure qui pourrait contribuer à l’escalade des tensions et réduire encore l’espace pour la diplomatie.

Nous sommes en contact avec les autres participants restants au PAGC pour évaluer la meilleure manière de répondre dans le cadre de l’Accord aux violations par l’Iran de ses engagements.