'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> 'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> 'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> 'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> 'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> 'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> L'actualité - France-Allemagne.fr

L’actualité

16 juin
2021

Exposition miroir : « L’Allemagne à Paris et la France à Berlin » (17.06.2021)

L’exposition miroir « L’Allemagne à Paris et la France à Berlin » a d’abord été publiée sur nos réseaux sociaux à partir du 22 janvier 2021, date anniversaire de la signature du Traité de l’Élysée (1963) et du Traité d’Aix-la-Chapelle (2019). Elle s’est conclue symboliquement le 31 mai 2021, date du 22ème conseil des ministres franco-allemands.

L’exposition a été construite en partenariat avec l’ambassade de France à Berlin et l’ambassade d’Allemagne à Paris. Elle présente en miroir les lieux emblématiques de nos capitales qui illustrent la richesse de la relation franco-allemande. Les 16 épisodes qui la composent explorent des thématiques aussi variées que les lieux de mémoire, les institutions ou encore la gastronomie ou l’urbanisme.

Nous vous invitons à découvrir notre périple à travers le « Paris-Berlin » franco-allemand !

14 juin
2021

Inauguration à Palerme du premier Institut franco-allemand KulturEnsemble, prévu par le traité d’Aix-la-Chapelle (14 juin 2021)

Ce 14 juin est inauguré à Palerme le premier Institut franco-allemand KulturEnsemble, prévu par le traité d’Aix-la-Chapelle signé par le président de la République française Emmanuel Macron et la chancelière fédérale d’Allemagne Angela Merkel en janvier 2019 à l’hôtel de ville d’Aix-la-Chapelle.

A l’inauguration étaient présents, avec Christian Masset et Viktor Elbling, respectivmeent ambassadeur de France et ambassadeur d’Allemagne en Italie : Leoluca Orlando, maire de Palerme ; Benedetto Della Vedova, sous-secrétaire d’État au ministère des affaires étrangères et de la coopération internationale ; Michelle Müntefering, vice-ministre de la politique culturelle internationale au ministère des affaires étrangères du gouvernement fédéral allemand ; Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, chargé du tourisme, des Français de l’étranger et de la Francophonie ; Johannes Ebert, secrétaire général du Goethe-Institut ; Anne Tallineau, directrice de l’OFAJ/DFJW ; Tobias Bütow, directeur de l’OFAJ/OFAJ ; et les conservateurs d’art Andrea Lissoni, directeur artistique de la Haus der Kunst de Munich et Chiara Parisi, directrice du Centre Pompidou-Metz.

Le premier institut culturel franco-allemand KULTUR ENSEMBLE voit le jour à Palerme, inaugurant dans la capitale sicilienne une résidence pour la production et la création artistique italo-franco-allemande : l’Atelier Panormos. La résidence est située dans la Bottega 1, un espace récupéré dans la zone des Cantieri Culturali alla Zisa, véritable exemple d’archéologie industrielle transformée en citadelle de la culture. L’Atelier Panormos-La Bottega (du grec Pánormos = Palerme, "bon lieu d’atterrissage naturel") devient un symbole de cohésion, de collaboration, de synergie entre l’Institut français Italia et le Goethe-Institut Palermo, déjà présents dans le Cantieri avec leurs bureaux respectifs, qui lancent aujourd’hui avec la ville de Palerme un projet unique, qui dialogue avec la Palerme multiculturelle et artistique.

« Je suis très heureux d’inaugurer aujourd’hui le premier institut culturel franco-allemand dans le monde. La résidence d’artistes Atelier Panormos-la Bottega marque l’Acte I de Kultur-Ensemble. A près de 6 mois de la Présidence française de l’Union européenne, c’est un message européen très fort que 3 pays fondateurs de l’Europe politique lancent aujourd’hui à Palerme. Avec cette résidence, nous voulons accompagner une nouvelle génération d’artistes, profondément européenne. C’est le sens de ce nouveau Grand Tour dont l’Atelier Panormos sera un pilier : créer une mobilité artistique européenne, porteuse de créativité et d’ouverture à l’autre. » a déclaré à Palerme Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, chargé du tourisme, des Français de l’étranger et de la Francophonie

Fruit d’une collaboration intense et fructueuse entre l’Institut français Italia et le Goethe-Institut, ainsi que l’ambassade de France et l’ambassade d’Allemagne en Italie, KULTUR ENSEMBLE bénéficie du soutien actif des ambassadeurs Christian Masset et Viktor Elbling, du secrétaire général du Goethe-Institut Johannes Ebert et du vice-directeur à la Culture du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-François Pactet. Avec leurs équipes, ils accompagneront le développement du réseau d’excellence existant entre les deux pays et l’Italie, qui n’est pas par hasard le premier pays où KULTUR ENSEMBLE prend forme.

Le projet est accompagné par deux grandes figures de l’art contemporain international : Chiara Parisi, directrice du Centre Pompidou-Metz, et Andrea Lissoni, directeur artistique de la Haus der Kunst de Munich. Grâce à leur connaissance de la scène artistique internationale, les deux "mentors" italiens ont identifié les six artistes qui donneront le coup d’envoi du projet de résidence en 2021 et 2022. Le premier duo d’artistes qui inaugurera le programme de résidence à partir de septembre est composé de Juliette Minchin et de caner teker, dont les résidences sont rendues possibles également grâce au soutien important de l’OFAJ/DFJW, l’Office franco-allemand pour la jeunesse, avec lequel un accord de coopération a été signé.

Kultur Ensemble rassemble le projet culturel de la ville de Palerme et la volonté d’attirer et de soutenir une nouvelle génération d’artistes européens, accueillis dans ses lieux de référence et dans ses nombreux événements, à commencer par la Biennale Arcipelago Mediterraneo, aux deux premières éditions de laquelle ont collaboré les instituts culturels français et allemands. Symbole d’une politique d’accueil soutenue par le maire Leoluca Orlando, et pour laquelle le Goethe-Institut Palermo dirigé par Heidi Sciacchitano et l’Institut français Palermo dirigé par Eric Biagi sont actifs depuis longtemps, Palerme est le lieu idéal pour donner vie à ce nouveau projet culturel italo-franco-allemand, qui reconnaît dans l’importance de l’intégration culturelle l’un de ses principes fondateurs. Ce n’est pas un hasard si le département culturel de la ville, représenté par Mario Zito, s’appelle Assessorato alle CulturE.

Source : Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères

7 juin
2021

Allemagne/Russie - Entretien de Jean-Yves Le Drian avec ses homologues allemand et russe (7 juin 2021)

Le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, s’est entretenu lundi 7 juin avec son homologue russe, conjointement avec le ministre des Affaires étrangères d’Allemagne, Heiko Maas.

Le ministre a rappelé la forte inquiétude de la France face à la détérioration de la situation sécuritaire en Ukraine le long de la ligne de contact et la nécessité d’un réengagement de toutes les parties à la mise en œuvre du cessez-le-feu. Le ministre a encouragé son homologue russe à apporter son plein appui à cet objectif. Il a rappelé notre attachement à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de l’Ukraine dans ses frontières internationalement reconnues.

Le ministre a également insisté sur l’importance de poursuivre nos efforts dans le cadre du format Normandie pour trouver une solution pacifique au conflit en Ukraine et permettre la pleine mise en œuvre des accords de Minsk. Il a souligné la responsabilité de la Russie pour y parvenir, de même que l’importance d’éviter toute initiative qui pourrait contribuer à accroître les tensions à la suite des mouvements de forces russes observés en avril. Il a rappelé dans ce contexte l’importance de faire la transparence, dans le cadre du document de Vienne, s’agissant de tels mouvements et d’exercices.

Parallèlement à ces échanges sur l’Ukraine, le ministre a évoqué la pleine mobilisation de la France pour parvenir à une désescalade des tensions entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan et au règlement des questions en suspens découlant du conflit de l’automne dernier entre les deux pays. Il a rappelé notre volonté de poursuivre pour cela une coordination étroite avec la Russie, notamment dans le cadre de la co-présidence du groupe de Minsk, que nous assumons conjointement avec les États-Unis, et dans les enceintes internationales pertinentes.

Le ministre a souligné l’importance d’engager une négociation entre les parties, hors de tout fait accompli sur le terrain, pour traiter les enjeux de démarcation et de délimitation de la frontière. Il a rappelé son attachement à ce que les parties fassent preuve de la plus grande retenue et s’abstiennent de toute provocation.

Source : Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères

31 mai
2021

Conseil des ministres franco-allemand (31 mai 2021)

Le 22ème Conseil des ministres franco-allemand s’est tenu en visioconférence le 31 mai 2021, réunissant le Président de la République Emmanuel Macron, la Chancelière de la République fédérale d’Allemagne Angela Merkel ainsi que les ministres français et allemands.

Ce quatrième conseil des ministres franco-allemand depuis le début du quinquennat a permis de dresser le bilan de la mise en œuvre du Traité d’Aix-la-Chapelle et les avancées substantielles de la coopération franco-allemande de ces derniers mois.

Ce Conseil était aussi l’occasion de lancer de nouvelles coopérations, notamment dans le domaine de la santé, de la culture et de la jeunesse, et de préparer ensemble les grandes échéances internationales et européennes à venir.

Télécharger la déclaration franco-allemande de Berlin du 31 mai 2021 (PDF - 571 Ko)

27 mai
2021

Biélorussie - Déclaration des ministres des Affaires étrangères du G7 (27 mai 2021)

Nous, ministres des Affaires étrangères de l’Allemagne, du Canada, des États-Unis, de la France, de l’Italie, du Japon et du Royaume-Uni (G7), et le Haut Représentant de l’Union européenne, condamnons dans les termes les plus vifs l’action sans précédent menée par les autorités biélorusses qui ont arrêté un journaliste indépendant, Roman Protassevitch, et sa compagne, Sofia Sopega, après avoir contraint le vol FR4978 sur lequel ils voyageaient à atterrir à Minsk le 23 mai.

Cette action a mis en danger les passagers et l’équipage de ce vol. Elle a constitué une violation grave des règles qui régissent l’aviation civile. L’ensemble de nos pays et de nos concitoyens dépendent du comportement responsable de chaque État dans le respect de ses obligations en vertu de la Convention de Chicago, de manière à ce que chaque aéronef civil puisse opérer dans la sûreté et la sécurité. Nous appelons l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) à réagir rapidement à cette remise en cause de ses règles et normes.

Cette action constitue également une grave violation de la liberté de la presse. Nous exigeons la libération immédiate et inconditionnelle de Roman Protassevitch ainsi que de tous les autres journalistes et prisonniers politiques détenus en Biélorussie.

Nous intensifierons nos efforts, notamment en adoptant de nouvelles sanctions en tant que de besoin, pour que les autorités biélorusses rendent compte de leurs actes.

25 mai
2021

Syrie - Déclaration conjointe des ministres des Affaires étrangères de la France, de l’Allemagne, des États-Unis, de l’Italie et du Royaume-Uni (25 mai 2021)

Nous, ministres des Affaires étrangères de l’Allemagne, des États-Unis, de la France, de l’Italie et du Royaume-Uni, indiquons clairement que l’élection présidentielle du 26 mai en Syrie ne sera ni libre ni régulière. Nous dénonçons la décision du régime de Bachar el-Assad d’organiser une élection hors du cadre défini dans la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations unies, et nous soutenons l’ensemble des Syriens, y compris les organisations de la société civile et l’opposition syrienne, qui ont qualifié d’illégitime et condamné le processus électoral.

Comme énoncé dans la résolution, des élections libres et régulières doivent être organisées, sous la supervision des Nations unies, conformément aux normes internationales les plus élevées en matière de transparence et de responsabilité. Pour qu’une élection soit crédible, tous les Syriens, y compris les Syriens déplacés à l’intérieur de leur pays, les réfugiés et les membres de la diaspora, doivent pouvoir y participer dans un environnement sûr et neutre.

En l’absence de ces éléments, cette élection frauduleuse ne constitue en rien un progrès sur la voie d’un règlement politique. Nous demandons instamment à la communauté internationale de rejeter sans équivoque cette tentative du régime de Bachar el-Assad de retrouver une légitimité sans cesser ses violations graves des droits de l’Homme ni participer de manière substantielle au processus politique facilité par les Nations unies afin de mettre fin au conflit.

Nous réaffirmons notre ferme soutien aux efforts de l’Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations unies pour la Syrie en faveur d’un règlement politique, qui repose sur tous les aspects de la résolution 2254 du Conseil de sécurité, et protège la prospérité future et les droits de tous les Syriens, notamment celui de voter dans des élections libres et régulières.

Source : Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères

19 mai
2021

Webconférence - Le forum pour l’avenir franco-allemand : une dynamique en faveur de la transformation de nos territoires et de nos sociétés (20 Mai 2021)

Le secrétariat du Forum, en collaboration avec l’Ambassade d’Allemagne à Paris et l’Institute for Advanced Sustainability Studies (IASS), vous convie à cette webconférence.

Elle est l’occasion d’un premier tour d’horizon, pour illustrer :

- les enjeux, en ce qui concerne les questions de transition écologique et de résilience économique et sociale ;
- les perspectives, en dessinant le chemin possible d’une nouvelle dynamique renforçant la relation franco-allemande découlant du traité d’Aix-la-Chapelle de janvier 2019.

Jeudi 20 mai 2021
11h00 à 13h00

Programme

Source : France Stratégie

18 mai
2021

Vers un retour des frontières ? Les expériences allemandes et françaises dans la pandémie (Visioconférence, 20 mai 2021)

Vers un retour des frontières ? Les expériences allemandes et françaises dans la pandémie
Jeudi, 20 mai 2021, 18h à 19h45

Mot de bienvenue : Armin Laschet, Ministre-président du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Plénipotentiaire de la République fédérale d’Allemagne chargé des affaires culturelles dans le cadre du Traité sur la coopération franco-allemande

La région frontalière franco-allemande incarne les succès de l’intégration européenne : les relations personnelles, l’école et le travail ne sont plus pensés uniquement au niveau national, mais au-delà des frontières. Ce sont précisément ces régions qui ont le plus été frappées par la pandémie et dans lesquelles les différentes mesures prises dans les deux pays ont entravé la vie commune au quotidien. Outre les sévères restrictions à la vie transfrontalière, c’est surtout la résurgence de rancunes que l’on croyait depuis longtemps dépassées, qui semble constituer une menace pour l’amitié franco-allemande.

Comment les expériences vécues à la frontière franco-allemande depuis le printemps 2020 ont-elles influencé la relation particulière entre les deux pays ? Quelles expériences en matière de gestion de pandémie la Rhénanie-du-Nord-Westphalie a-t-elle eues en comparaison avec ses voisins, la Belgique et les Pays-Bas, dans une autre région frontalière ? Et concrètement, quelles sont les conséquences des différentes mesures nationales visant à contenir le virus sur la vie quotidienne des élèves ou étudiants allemands et français ? Nous aimerions discuter de ces questions avec nos invités et avec vous.

L’événement se déroulera sous la forme d’une conférence Zoom et sera retransmis en direct sur Youtube. La traduction simultanée n’est possible que par la participation à Zoom.

Inscription

Voir l’Agenda

Source : Minister für Bundes-und Europaangelegenheiten sowie Internationales des Landes Nordrhein-Westfalen

6 mai
2021

Déclaration des porte-parole des ministères des Affaires étrangères de la France, de l’Allemagne, de l’Espagne, de l’Italie et du Royaume-Uni - Israël-Territoires palestiniens - Colonisation (6 mai 2021)

Nous demandons instamment au gouvernement d’Israël de revenir sur sa décision de procéder à la construction de 540 nouvelles unités de logements dans la colonie de Har Homa E en Cisjordanie occupée, et de mettre un terme à sa politique d’extension des colonies de peuplement dans les territoires palestiniens occupés. Les colonies sont illégales au regard du droit international et font peser une menace sur les perspectives de règlement pacifique du conflit israélo-palestinien.

Si la décision d’accroître les colonies à Har Homa, entre Jérusalem-Est et Bethléem, était mise en œuvre, elle compromettrait davantage la perspective d’un État palestinien viable, avec Jérusalem comme capitale d’Israël et de l’État palestinien. Cette décision, qui s’ajoute à l’accélération de la colonisation à Givat HaMatos et à la poursuite des expulsions à Jérusalem-Est, en particulier à Sheikh Jarrah, porte également atteinte aux efforts visant à rétablir la confiance entre les Parties, à la suite de la reprise constructive de la coopération israélo-palestinienne.

Nous appelons les deux Parties à s’abstenir de toute initiative unilatérale et à reprendre un dialogue crédible et véritable pour progresser sur la voie de la solution des deux États et mettre fin au conflit.

6 mai
2021

Interview de Clément Beaune et Michael Roth à l’occasion de la Journée de l’Europe (07 mai 2021)

Le 9 mai nous célébrons la Journée de l’Europe ! Alors que l’Allemagne préside actuellement le Conseil de l’Europe jusqu’à fin mai et que la France présidera le Conseil de l’UE au premier semestre 2022, deux hommes politiques de premier plan partagent avec nous leur enthousiasme pour l’Europe : Clément Beaune, secrétaire d’État chargé des Affaires européennes, et Michael Roth, ministre adjoint chargé des Affaires européennes. C’est l’occasion pour eux d’évoquer la Conférence sur l’avenir de l’Europe qui sera lancée ce 9 mai 2021.

Le 9 mai, nous célébrons la Journée de l’Europe, anniversaire du discours prononcé par Robert Schuman le 9 mai 1950 de Robert Schuman, alors ministre des Affaires étrangères. Ce discours est considéré comme la pierre angulaire de l’Union européenne (UE) telle qu’elle est aujourd’hui. Dans quelle mesure les mots de Schuman, après plus de 70 ans, sont-ils toujours d’actualité ? Comment éveillez-vous l’intérêt des jeunes pour l’Europe ?

Clément Beaune : En 1957, dans son discours de réception du Prix Nobel à Stockholm, Albert Camus disait : « Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde ne se défasse. » Cette phrase doit nous rappeler que nous devons constamment être vigilants. Nous devons toujours nous souvenir de la grandeur du combat des générations qui nous ont précédés, comme la mise en commun de la production du charbon et de l’acier, par la création de la CECA, il y a 70 ans. Pour eux, la paix, la liberté de circulation, la liberté tout court étaient tout sauf des acquis. Ces conquêtes, nos valeurs, doivent à tout prix être préservées. Car comme le disait Simone Veil : « l’Europe construite patiemment depuis des décennies peut demain se déliter. Ce que des hommes ont construit avec application, d’autres peuvent le détruire. »

Être conscients de la valeur de ce qui a été construit ne doit pas pour autant nous empêcher de nous projeter vers l’avenir. L’Europe a changé. Le récit européen n’est plus seulement celui de la paix, du marché unique ou de la liberté de circulation. Nous devons porter un projet politique par lequel l’Union s’affirmera comme une puissance protectrice, dans un monde marqué par d’autres modèles tels que la Chine ou les États-Unis. Ce projet politique est la condition qui permettra de susciter un réel sentiment d’appartenance chez les citoyens européens. En apportant des réponses concrètes aux grands défis d’aujourd’hui – l’emploi, la lutte contre le réchauffement climatique, l’innovation technologique, l’UE donnera aux citoyens les moyens de se réapproprier « leur Europe ».

Michael Roth : La beauté de la chose, c’est que pour beaucoup de jeunes, il n’est plus nécessaire de susciter un intérêt pour l’Europe. Ils s’y intéressent déjà. Mon cœur bat pour l’Europe. J’essaie de communiquer cette passion aux autres. Et j’y parviens régulièrement. Ce sont des moments forts. Une Union européenne (UE) sans frontière, sans barrière, où il est possible de vivre, d’apprendre et de s’aimer en se rendant dans les pays voisins – cela va sans dire pour beaucoup de jeunes aujourd’hui. La crise sanitaire a entraîné de nombreuses restrictions contraignantes et la fermeture de facto des frontières. Elle a montré à quel point ces acquis, considérés comme évidents, sont précieux et formidables. C’est ce qui fait que le discours de Schuman est encore d’actualité, 70 ans plus tard : nous ne sommes vraiment forts et libres que si nous parvenons à faire attention les uns aux autres et à rester solidaires. Vu les crises et les discordes actuelles en Europe, cela devrait nous donner matière à réflexion.

La présidence française du Conseil de l’Union européenne débutera en janvier 2022. Quelles seront vos priorités pour ces six mois de présidence et quelle importance accorderez-vous au sujet de la jeunesse ?

Clément Beaune : La France exercera la présidence du Conseil de l’Union européenne au premier semestre 2022, après les présidences portugaise puis slovène en 2021. Il s’agira pour la France de sa 13e présidence du Conseil. Ce moment sera très important pour l’Union européenne. Nous espérons être à cette période sortis de la crise sanitaire, que notre continent traverse depuis plus d’un an, qui affecte durement nos citoyens et en particulier les plus jeunes.

Il existe aujourd’hui une aspiration forte pour une Europe plus solidaire et plus souveraine ; une Europe qui s’affirme comme un espace de cultures partagées, où se développe une identité assise sur des principes et des valeurs communes ; une Europe qui exploite toutes les potentialités de la relance économique et de la transition écologique ou numérique. Pour répondre à ces attentes, nous voulons construire notre présidence autour de trois piliers : « Relance, Puissance, Appartenance ».

Nous œuvrerons pour faire aboutir un certain nombre de textes et d’initiatives clés : la régulation des acteurs du numérique, la création de nouvelles ressources pour le budget européen, la taxe carbone aux frontières, la protection de nos frontières. Nous devons aussi relever des défis nouveaux et tirer les leçons de la crise, en construisant une Europe de la santé, capable notamment de mieux financer la recherche médicale.
La jeunesse sera le fil rouge de cette présidence. Les jeunes Européens ont subi les conséquences de cette crise, et il est désormais de notre responsabilité de leur redonner des perspectives. En 2021, la semaine de l’Europe est pour moi consacrée à la jeunesse avec plusieurs initiatives concrètes à destination des élèves, des apprentis, des étudiants et des volontaires engagés en Service civique. Au-delà, j’encourage tous les jeunes Français, tous les jeunes Allemands et au-delà tous les jeunes Européens à faire entendre leur voix dans le cadre de la Conférence sur l’avenir de l’Europe.

L’Allemagne préside le Conseil de l’Europe jusqu’à la fin du mois de mai. Quelles sont vos priorités et dans quelle mesure l’accent est-il mis sur les questions de jeunesse ?

Michael Roth : Malheureusement, le Conseil de l’Europe est encore mal connu aujourd’hui. Il est souvent confondu avec l’UE. Pourtant, il a été fondé en 1949. Il compte 47 membres, dont la Russie et la Turquie, soit 20 membres de plus que l’UE. Grâce au Conseil de l’Europe et à ses divers accords, conventions et chartes, l’Europe garantit aujourd’hui les normes les plus élevées au monde en matière de droits humains à plus de 830 millions de personnes. Le Conseil de l’Europe est le bouclier des droits humains, de l’État de droit et de la démocratie. C’est précisément ce pour quoi nous nous engageons sous notre présidence. Par exemple, en plaidant en faveur de l’exécution cohérente des décisions de la Cour européenne des droits de l’homme. Tous les États doivent exécuter ces décisions. Au cours de notre présidence, nous cherchons également à améliorer la protection des minorités, à renforcer la lutte contre la haine et ses manifestations sur Internet, et à soutenir l’élaboration de normes en matière de droits humains dans le domaine des innovations technologiques – telles que l’intelligence artificielle.

Impliquer les jeunes constitue un enjeu majeur pour nous. Le travail de jeunesse revêt une importance fondamentale pour le Conseil de l’Europe. C’est pour cela que l’Allemagne prévoit de soutenir une fois de plus le Fonds Européen pour la Jeunesse et les Centres européens de la jeunesse du Conseil de l’Europe à Strasbourg et Budapest. Nous soutenons une nouvelle campagne pour la jeunesse qui sera lancée en 2022. L’objectif de cette campagne est de revitaliser la démocratie, construire des communautés et renforcer la participation des jeunes.

Avec la plateforme de la Conférence sur l’avenir de l’Europe, l’UE ouvre le débat avec ses 450 millions de citoyennes et citoyens et les incite à « faire entendre leur voix ». Quelles sont vos attentes pour ce projet de participation citoyenne ?

Clément Beaune : Comment peut-on attendre mieux de l’Europe si elle reste une entité sans espace de débat ni dimension affective, éloignée des réalités des citoyens et de leurs attentes ? L’Union européenne doit désormais écouter et faire émerger, après les crises traversées ensemble, un réel imaginaire commun. La souveraineté européenne ne se construira pas seulement par des politiques sectorielles, mais aussi, et surtout par une capacité à développer un sentiment d’appartenance. Cette ambition, qui est celle du Président de la République dans son Discours de la Sorbonne en 2017, est aujourd’hui traduite dans la Conférence sur l’avenir de l’Europe. Il s’agit d’un exercice démocratique inédit, qui sera mené simultanément dans les 27 pays de l’Union, et dont les résultats permettront de fixer un cap pour les années et décennies à venir.

Cet exercice sera mené au niveau européen. La Commission européenne a lancé la semaine dernière une plateforme innovante permettant à tous les citoyens d’exprimer leurs idées, de débattre avec des habitants d’autres pays (parlant d’autres langues), mais aussi d’organiser ou d’assister à des évènements partout en Europe (https://futureu.europa.eu/). Des espaces d’échanges entre les citoyens et les représentants des institutions seront également mis en place. Nous souhaitons que les premiers résultats de cet exercice soient rendus publics au printemps 2022 pour pouvoir établir une feuille de route commune. Ce débat, nous allons le mener aussi au niveau national, pour une restitution avant la fin de l’année. Saisissez-vous de ces outils pour faire entendre votre voix !

Joyeuse fête de l’Europe ! Einen fröhlichen Europatag !

Michael Roth : La démocratie repose sur la participation des citoyennes et citoyens, et pas seulement aux élections – c’est le sens même du mot. Et dans une démocratie, le principe « agir au lieu de râler » devrait toujours être au premier plan. Le meilleur moyen pour faire changer les choses, c’est de s’engager dans une association, un établissement scolaire, une ville – ou à l’échelle régionale. Étant donné que l’UE compte 27 États membres, il est effectivement plus difficile de se faire entendre. Ceci n’est pas uniquement dû à la taille de l’Europe, mais aussi aux différentes langues que nous parlons, et aux différentes conditions dans nos pays. Pour élaborer une bonne politique, il faut d’abord savoir ce qui anime les gens, les personnes jeunes et âgées, les hommes et les femmes, les populations urbaines et rurales. Sans filtre, au contact direct. Quant à la question de savoir dans quelle Europe nous vivrons à l’avenir, c’est à la jeunesse d’y répondre. Car l’Europe d’aujourd’hui et de demain vous appartient !

Source : site de l’OFAJ