'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> 'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> 'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> 'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> 'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> 'Send this page', 'url_site' => 'france-allemagne.fr' ); ?> L'actualité - France-Allemagne.fr

L’actualité

21 janvier
2021

Journée de l’amitié franco-allemande (22 janvier 2021)

Journée de l’amitié franco-allemande (22.01.21)

Ce 22 janvier 2021 marque le premier anniversaire de l’entrée en vigueur du traité sur la coopération et l’intégration franco-allemandes. Le traité a été signé le 22 janvier 2019 à Aix-la-Chapelle par le président de la République et la chancelière allemande, 56 ans, jour pour jour, après la signature par le Général de Gaulle et le chancelier Adenauer du traité de l’Élysée - symbole de la réconciliation historique entre la France et l’Allemagne.

Dans un contexte marqué par la crise sanitaire mondiale qui frappe l’Europe depuis le printemps 2020, la France et l’Allemagne ont poursuivi la mise en œuvre concrète du traité d’Aix-la-Chapelle pour la convergence bilatérale et européenne, au profit des citoyens de nos deux pays. L’initiative franco-allemande pour la relance européenne face à la crise du coronavirus proposée le 18 mai 2020 par le président de la République et la chancelière allemande a marqué une nouvelle étape historique dans la lutte conjointe contre la pandémie et dans la coopération franco-allemande pour l’Europe. Elle a produit ses premiers effets durant la présidence allemande du Conseil des ministres de l’Union européenne au deuxième semestre 2020.

Le traité d’Aix-la-Chapelle approfondit la coopération franco-allemande au service de nos concitoyens et de la convergence européenne et porte 15 projets prioritaires concrets, parmi lesquels :

un Fonds citoyen commun visant à soutenir financièrement des jumelages et initiatives citoyennes pour rapprocher les sociétés civiles des deux pays ;
un « Comité de coopération transfrontalière » chargé de proposer des solutions aux difficultés rencontrées dans les territoires frontaliers ;
un « Forum pour l’avenir » franco-allemand chargé de soutenir le dialogue entre les acteurs de nos deux pays sur les processus de transformation à l’œuvre dans nos sociétés ;
des instituts culturels franco-allemands.

L’Assemblée parlementaire franco-allemande

En parallèle de la signature du traité d’Aix-la-Chapelle, une assemblée parlementaire franco-allemande a vu le jour en mars 2019. Elle est composée de 50 députés français et de 50 membres du Bundestag. Elle se réunit au moins deux fois par an de façon alternée en France et en Allemagne. Depuis 2020, elle a tenu 4 visioconférences extraordinaires en raison de la crise sanitaire : le 28 mai en présence des 2 ministres de l’Intérieur, le 26 juin en présence des 2 ministres en charge des Finances, les 21-22 septembre en présence de la présidente de la BCE puis des 2 ministres de la Santé, et une nouvelle fois ce 22 janvier 2021 en présence du ministre allemand des Transports.

Pour en savoir plus sur le traité d’Aix-la-Chapelle et l’avancement des 15 projets prioritaires : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/allemagne/relations-bilaterales/traite-de-cooperation-et-d-integration-franco-allemand-d-aix-la-chapelle/

20 janvier
2021

Forum de dialogue politique libyen - Déclaration de la France, de l’Allemagne, des États-Unis, de l’Italie et du Royaume-Uni (21 janvier 2021)

Forum de dialogue politique libyen - Déclaration de la France, de l’Allemagne, des États-Unis, de l’Italie et du Royaume-Uni (21.01.21)

Les gouvernements de la France, de l’Allemagne, des États-Unis, de l’Italie et du Royaume-Uni saluent le vote du Forum de dialogue politique libyen en faveur du mécanisme de sélection d’un nouveau pouvoir exécutif par intérim, qui permettra l’organisation d’élections nationales en Libye le 24 décembre 2021. Ce vote constitue une étape majeure vers l’unité du pays. La décision du Forum fait écho aux exigences de la population libyenne, qui réclame sans équivoque un changement de situation. Nous encourageons toutes les parties libyennes à faire preuve de diligence et de bonne foi afin qu’un gouvernement unifié et ouvert à tous puisse enfin être constitué par l’intermédiaire du Forum. En tant que participants au processus de la conférence de Berlin et partenaires internationaux de la Libye, nous apporterons tout notre soutien aux efforts du Forum de dialogue politique libyen.

Nous nous réjouissons également de la nomination par le secrétaire général des Nations unies de son nouvel Envoyé spécial pour la Libye, M. Ján Kubiš, de celle de M. Raisedon Zenenga au poste de coordonnateur de la Mission d’appui des Nations unies en Libye et de celle de Mme Georgette Gagnon en tant que coordinatrice résidente et coordinatrice de l’action humanitaire. Nous les soutiendrons pleinement dans leurs missions essentielles. Nous exprimons notre profonde gratitude à Mme Stephanie Williams, représentante spéciale par intérim du secrétaire général des Nations unies, qui pilote la médiation avec détermination et ténacité en attendant l’entrée en fonction de M. Kubiš.

Un an après la conférence de Berlin, nous soulignons le rôle fondamental joué par la communauté internationale pour trouver une solution politique en Libye, ainsi que notre partenariat durable avec les membres du processus de Berlin, à qui nous rappelons la nécessité de respecter les engagements solennels que nous avons tous pris lors du sommet l’an dernier, renforcés par la résolution 2510 adoptée par le Conseil de sécurité. Nous devons en particulier continuer de promouvoir un cessez-le-feu, rétablir le plein respect de l’embargo sur les armes établi par les Nations unies, et mettre un terme aux ingérences étrangères néfastes qui empêchent les Libyens de rétablir leur souveraineté et de décider pacifiquement de leur avenir au moyen d’élections nationales, ce à quoi aspire l’ensemble de la population libyenne. Il est essentiel que tous les acteurs libyens et internationaux soutiennent les mesures prises en faveur de l’application pleine et entière de l’accord de cessez-le-feu libyen signé le 23 octobre dernier, qui prévoit l’ouverture immédiate de la route côtière et le départ de tous les combattants étrangers et de tous les mercenaires.

10 janvier
2021

Iran - JCPoA - Déclaration conjointe des ministres des affaires étrangères de la France, de l’Allemagne et du Royaume-Uni (6 janvier 2021)

Iran - JCPoA - Déclaration conjointe des ministres des affaires étrangères de la France, de l’Allemagne et du Royaume-Uni (6 janvier 2021)

Nous, ministres des Affaires étrangères de la France, de l’Allemagne et du Royaume-Uni, sommes profondément préoccupés du lancement le 4 janvier par l’Iran de la production d’uranium enrichi à hauteur de 20% dans l’usine d’enrichissement souterraine de Fordow. Cette mesure, qui n’a aucune justification civile crédible et qui emporte des risques significatifs de prolifération, constitue une violation flagrante des engagements de l’Iran au titre du Plan d’Action Global Commun (PAGC) et vide encore l’accord de sa substance.

Cette mesure constitue un développement négatif grave qui contredit l’engagement conjoint de préserver le PAGC pris par les participants à l’accord lors de la Commission conjointe du 21 décembre dernier. Elle risque également de mettre en péril l’importante opportunité de revenir à la diplomatie avec la nouvelle administration américaine.

Nous appelons fermement l’Iran à cesser sans délai l’enrichissement à 20%, à revenir dans son programme d’enrichissement aux limites agréées de l’accord et à s’abstenir de toute mesure qui pourrait contribuer à l’escalade des tensions et réduire encore l’espace pour la diplomatie.

Nous sommes en contact avec les autres participants restants au PAGC pour évaluer la meilleure manière de répondre dans le cadre de l’Accord aux violations par l’Iran de ses engagements.

22 décembre
2020

Comité franco-allemand de coopération transfrontalière (23 décembre 2020)

Comité franco-allemand de coopération transfrontalière (23 décembre 2020)

Le Comité franco-allemand de coopération transfrontalière (CCT), va rendre son Secrétariat pleinement opérationnel dès le 1er janvier 2021. Installé à Kehl et dirigé par Cathrin Gräber pour l’Allemagne et Vincent Muller pour la France, il aura pour mission d’assister le comité dont les réunions se déroulent principalement à Strasbourg.

Le Comité franco-allemand de coopération transfrontalière, créé en vertu du traité d’Aix-la-Chapelle pour la coopération et l’intégration franco-allemandes, a vocation à soutenir et renforcer la coopération frontalière en apportant des solutions concrètes aux difficultés que peuvent rencontrer dans leur vie quotidienne les habitants des régions frontalières du fait de différences entre les ordres juridiques français et allemand, notamment sur les sujets de transport, d’emploi, de santé et de développement. Il est composé de représentants de l’Etat, des collectivités territoriales frontalières (Länder frontaliers du côté allemand, région Grand Est et départements frontaliers français, Eurodistricts notamment) et de parlementaires des deux pays.

13 décembre
2020

Remise du Prix franco-allemand des droits de l’Homme et de l’État de droit à l’occasion de la Journée internationale des droits de l’Homme (10 décembre 2020) - Déclaration conjointe des ministres français et allemand des Affaires étrangères

Remise du Prix franco-allemand des droits de l’Homme et de l’État de droit à l’occasion de la Journée internationale des droits de l’Homme (10 décembre 2020) - Déclaration conjointe des ministres français et allemand des Affaires étrangères

Depuis 2016, la France et l’Allemagne décernent chaque année le prix franco-allemand des droits de l’Homme et de l’État de droit à quinze lauréats. L’attribution de ce Prix permet de récompenser et d’honorer le travail des journalistes, des défenseuses et défenseurs des droits de l’Homme, des avocates et avocats, des membres d’organisations non-gouvernementales, toutes celles et ceux qui s’investissent corps et âme pour défendre les droits de l’Homme et l’État de droit, souvent au risque de leur propre vie et dans des conditions parfois extrêmement difficiles.

À l’occasion de la Journée internationale des droits de l’Homme le 10 décembre 2020, la France et l’Allemagne souhaitent rendre hommage à toutes ces femmes et à tous ces hommes qui contribuent au quotidien à la protection et à la promotion des droits de l’Homme à travers le monde. En tant que Ministres des Affaires étrangères, nous réaffirmons aujourd’hui notre engagement en faveur de la protection et de la promotion de ces droits, garants de la paix, de la stabilité et de la justice dans le monde.

Source : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/allemagne/relations-bilaterales/prix-franco-allemand-des-droits-de-l-homme-et-de-l-etat-de-droit/article/remise-du-prix-franco-allemand-des-droits-de-l-homme-et-de-l-etat-de-droit-a-l
Les quinze personnalités distinguées seront prochainement récompensées dans les ambassades françaises et allemandes.

13 décembre
2020

Prix De Gaulle – Adenauer 2020 - Communiqué conjoint de Clément Beaune et Michael Roth (14 décembre 2020)

Prix De Gaulle – Adenauer 2020 - Communiqué conjoint de Clément Beaune et Michael Roth (14 décembre 2020)

M. Clément Beaune, secrétaire d’État chargé des affaires européennes et M. Michael Roth, Staatsminister für Europa, secrétaires généraux pour la coopération franco-allemande, se réjouissent d’annoncer l’attribution du Prix De Gaulle – Adenauer 2020 à „DRF-Luftrettung“ et „Luxembourg Air Rescue“.

Créé le 22 janvier 1988 à l’occasion des vingt-cinq ans du Traité de l’Élysée, le Prix De Gaulle-Adenauer est décerné aux personnalités, initiatives ou institutions ayant, par leur action, apporté une contribution notable à la consolidation de l’amitié franco-allemande.

Dans un contexte sanitaire particulièrement difficile cette année, les deux compagnies de sauvetage aérien ont assuré au printemps dernier la majeure partie des transports par voie aérienne de patients français Covid-19 dans des hôpitaux des pays voisins.

Pendant la première vague de la pandémie, au printemps dernier, qui a fortement touché la région frontalière, la DRF-Luftrettung et la Luxembourg Air Rescue ont, par la mobilisation de leurs équipes et de leur flotte, envoyé un signal fort de solidarité et de coopération européenne.

Le prix De Gaulle - Adenauer récompense l’efficacité, le professionnalisme et l’éthique de la DRF et de la LAR qui ont incarné l’esprit de solidarité et de coopération transfrontalière. C’est le symbole d’une Europe concrète, vivante, portée par les citoyens.

M. Clément Beaune et M. Michael Roth leur remettront le prix De Gaulle-Adenauer dès que le contexte sanitaire le permettra.

Source : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/allemagne/evenements/article/prix-de-gaulle-adenauer-2020-communique-conjoint-de-clement-beaune-et-michael

6 décembre
2020

Déclaration conjointe des porte-parole des ministères des affaires étrangères de la France, de l’Allemagne et du Royaume-Uni (7 décembre 2020)

Déclaration conjointe des porte-parole des ministères des affaires étrangères de la France, de l’Allemagne et du Royaume-Uni (7 décembre 2020)

Les gouvernements de la France, de l’Allemagne et du Royaume-Uni ont travaillé sans relâche à la préservation du Plan d’action global conjoint (JCPoA). Cet accord est une réalisation essentielle de la diplomatie multilatérale et de l’architecture de non-prolifération. Nous avons négocié le JCPoA avec la conviction qu’il contribuerait de manière décisive à la construction de la confiance dans la nature exclusivement pacifique du programme nucléaire iranien, ainsi qu’à la paix et à la sécurité internationales.

L’annonce récente par l’Iran de son intention d’installer trois nouvelles cascades de centrifugeuses avancées dans l’usine d’enrichissement de l’uranium de Natanz (FEP) est contraire au JCPoA et profondément préoccupante.

Nous avons par ailleurs pris note avec une vive préoccupation de la loi récemment adoptée par le parlement de l’Iran qui, si elle est mise en oeuvre, se traduira par un développement important du programme d’enrichissement de l’Iran et par une capacité d’accès de l’AIEA réduite. Ces mesures seraient incompatibles avec le JCPoA et avec les autres engagements nucléaires de l’Iran.

Si l’Iran souhaite sérieusement préserver un espace pour la diplomatie, il ne doit pas mettre en oeuvre ces mesures. Un tel mouvement compromettrait nos efforts partagés pour préserver le JCPoA et risque de mettre en péril l’importante opportunité de revenir à la diplomatie que représente l’arrivée de la nouvelle administration américaine. Un retour au JCPoA aurait également des bénéfices pour l’Iran.

Nous entendons traiter de la question des violations du JCPoA par l’Iran dans le cadre de l’Accord.

Nous saluons les déclarations du président élu Biden sur le JCPoA et sur une voie diplomatique pour répondre aux préoccupations plus larges concernant l’Iran. Ceci est dans notre intérêt à tous.

1er décembre
2020

Communiqué conjoint de Jean-Yves Le Drian, ministre de l’europe et des affaires étrangères et de Heiko Maas, ministre fédéral des affaires étrangères de la République fédérale d’Allemagne - OTAN - Rapport du groupe d’experts (1er décembre 2020)

Communiqué conjoint de Jean-Yves Le Drian, ministre de l’europe et des affaires étrangères et de Heiko Maas, ministre fédéral des affaires étrangères de la République fédérale d’Allemagne - OTAN - Rapport du groupe d’experts (1er décembre 2020)

Aujourd’hui, les ministres des affaires étrangères de l’Alliance atlantique se sont réunis pour prendre connaissance et discuter du rapport présenté par le groupe d’experts mandaté lors du dernier Sommet de l’OTAN à Londres. L’objectif de ce processus de réflexion était de renforcer la dimension politique de l’Alliance en émettant des recommandations sur le renforcement de l’unité, de la solidarité et de la cohésion des Alliés. Nous sommes attachés à cette idée qui est un investissement dans l’avenir du partenariat transatlantique.

Le groupe a accompli un travail remarquable et formulé des recommandations importantes et équilibrées. Nous remercions le groupe pour son excellent travail dans des circonstances difficiles.

En abordant de front les défis actuels et futurs, le rapport fournit une analyse qui donne à réfléchir sur notre environnement de sécurité à venir et il définit une perspective équilibrée pour l’Alliance. Le rapport et ses recommandations nous permettront d’œuvrer afin de consolider l’Alliance et notamment son rôle d’enceinte transatlantique centrale pour la coordination de nos politiques de défense et de sécurité.

Nous avons, au cours des dernières années, fait des pas importants dans la construction de notre souveraineté européenne. Aujourd’hui, les Européens ne se demandent plus seulement ce que l’Amérique peut faire pour eux, mais nous nous demandons surtout ce que nous devons faire nous-mêmes afin de défendre notre propre sécurité et forger un partenariat transatlantique plus équilibré, si bien que ces deux dimensions sont désormais indissociables.

Le rapport a également permis des discussions utiles et opportunes sur la nécessité de renouveler le partenariat transatlantique d’une manière qui reflète la proximité de nos liens, de nos valeurs communes et de nos intérêts partagés. Notre objectif commun est de faire en sorte que l’OTAN reste capable de relever les défis actuels et futurs en matière de sécurité. Car notre sécurité au 21e siècle dépend également de notre capacité à relever ensemble ces défis. À cette fin, la cohésion entre les Alliés est essentielle, comme le souligne le groupe d’experts.

Dans cet esprit, nous soutenons pleinement les recommandations concernant l’actualisation du concept stratégique de 2010 et la nécessité de réaffirmer les valeurs et les principes du Traité de Washington. Il nous faut redynamiser le lien transatlantique, notamment en reconnaissant que le renforcement des efforts de défense des Européens renforce l’Alliance et le partenariat transatlantique.

Nous aurons l’occasion d’évoquer et d’agréer lors de notre prochaine réunion ministérielle qui se tiendra avant le Sommet des chefs d’État ou de gouvernement, les recommandations qui leur seront soumises sur la base de ce rapport et de nos discussions en cours lors de la réunion ministérielle des 1er et 2 décembre.

Source : https://publication.diplomatie.gouv.fr/fr/politique-etrangere-de-la-france/securite-desarmement-et-non-proliferation/actualites-et-evenements-lies-a-la-securite-au-desarmement-et-a-la-non/2020/article/communique-conjoint-de-jean-yves-le-drian-et-de-heiko-maas-otan-rapport-du

30 novembre
2020

Communiqué de presse - 29e Commission intergouvernementale franco-germano-suisse du Rhin supérieur (27 novembre 2020)

Communiqué de presse - 29e Commission intergouvernementale franco-germano-suisse du Rhin supérieur (27.11.2020)

La commission intergouvernementale franco-germano-suisse du Rhin supérieur se réunit le vendredi 27 novembre 2020, sous présidence française. Son objectif est de faciliter la vie quotidienne des populations frontalières, en proposant des solutions aux problèmes identifiés dans la région. Elle renforce, au niveau politique, le travail de la Conférence du Rhin supérieur. En plus de 40 ans d’existence, la Conférence est parvenue à se positionner comme un acteur incontournable de la coopération transfrontalière trinationale dans le bassin du Rhin supérieur.

Dans le contexte de la pandémie de covid-19 et en cohérence avec les engagements pris au niveau européen, la CIG reviendra sur l’excellente coordination prévalant entre nos pays et réitèrera l’engagement commun à maintenir les mobilités transfrontalières. Les perspectives de coopération sanitaire renforcée seront aussi au cœur des échanges, à la lumière des succès enregistrés au cours des derniers mois.

Dans ce bassin de vie commun à plus de 6 millions d’habitants, la relance économique figurera bien sûr à l’ordre du jour, tout comme l’apprentissage transfrontalier. Afin de renforcer la résilience de ces territoires, la réunion abordera la question, centrale, des connexions ferroviaires dans la région du Rhin supérieur, et fera plus largement le point sur les projets de mobilité en cours et à venir.

Enfin, la Commission sera l’occasion de souligner l’impulsion décisive donnée à la coopération transfrontalière par le traité franco-allemand d’Aix-la-Chapelle. Le Comité de coopération transfrontalière franco-allemande, dans lequel la Suisse dispose d’un statut d’observateur, s’est installé dans le paysage de la coopération transfrontalière en Europe. Ses membres et les participants à la Commission intergouvernementale du Rhin Supérieur se sont mobilisés fortement pour faire face à la menace sanitaire, au bénéfice direct des populations concernées.

La prochaine réunion de la commission intergouvernementale se tiendra en 2021 sous présidence allemande.

À la frontière entre la France, la Suisse et l’Allemagne, le Rhin Supérieur est un des berceaux de la coopération transfrontalière européenne, favorisée par des échanges économiques intenses, une proximité culturelle et une histoire commune. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, les différents acteurs de la vallée du Rhin se sont rapprochés pour coordonner et organiser ensemble la gestion des transports, de l’enseignement supérieur et de la recherche, de l’agriculture, de l’environnement, de la culture ou encore des questions économiques.

Afin d’offrir un cadre pérenne à cette coopération trinationale, les trois États rhénans ont fondé, le 21 novembre 1991, la Conférence du Rhin supérieur qui lie les services gouvernementaux et administratifs des Länder du Bade-Wurtemberg et de Rhénanie-Palatinat, des cinq cantons de la « Suisse du Nord-Ouest » (Bâle-Ville, Bâle-Campagne, Argovie, Jura et Soleure), et des départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin ainsi que de la région Grand Est.

La Commission intergouvernementale franco-germano-suisse (CIG) est le relais de la Conférence du Rhin supérieur auprès des gouvernements des trois pays. Elle se tient une fois par an.

Source : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/allemagne/evenements/article/communique-de-presse-29e-commission-intergouvernementale-franco-germano-suisse

23 novembre
2020

Communiqué - Forum de dialogue politique inter-libyen (23 novembre 2020)

L’Allemagne, la France, l’Italie et le Royaume-Uni accueillent avec satisfaction les résultats de la première session du Forum de dialogue politique inter-libyen, qui s’est tenue à Tunis du 7 au 15 novembre derniers, sur la base de la résolution 2510 (2020) du Conseil de sécurité des Nations Unies et des conclusions de la Conférence de Berlin sur la Libye.

Lors du Forum, les Libyens sont convenus d’une feuille de route en vue de l’organisation d’élections nationales le 24 décembre 2021, ce qui représente une étape importante vers le rétablissement de la souveraineté du pays et de la légitimité démocratique de ses institutions. L’accord de cessez-le-feu généralisé conclu à Genève le 23 octobre dernier et les progrès réalisés au sein de la Commission militaire mixte libyenne (5+5) constituent les fondements de ces efforts politiques. Nous appelons de nouveau les parties libyennes à mettre pleinement en œuvre l’accord de cessez-le-feu. À cet égard, nous saluons les efforts qu’elles ont réalisés lors de leurs réunions dans les villes libyennes de Ghadamès, de Syrte et de Brega.

L’Allemagne, la France, l’Italie et le Royaume-Uni se félicitent également de la reprise de la production de pétrole sur tout le territoire, ainsi que des discussions inter-libyennes concernant la réforme des dispositions en matière de sécurité dans les installations pétrolières. De toute évidence, ces arrangements doivent demeurer entièrement sous contrôle libyen. Par ailleurs, nous appelons les parties libyennes, avec le soutien de la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL), à convenir d’un mécanisme visant à ce que les recettes pétrolières soient utilisées de façon équitable et transparente au service de la population libyenne.

L’Allemagne, la France, l’Italie et le Royaume-Uni attendent avec intérêt la prochaine session du Forum de dialogue politique inter-libyen, qui débute le 23 novembre de façon virtuelle. Nous partageons et soutenons pleinement l’objectif global du Forum, qui est de trouver un consensus concernant un nouveau cadre de gouvernance unifié en s’appuyant sur l’accord conclu à Tunis, qui définit la structure et les prérogatives du nouveau Conseil présidentiel réformé et prévoit un chef de gouvernement distinct pour piloter la transition. Atteindre cet objectif enverrait un signal fort d’unité et de maîtrise de l’avenir politique de la Libye par les Libyens eux-mêmes. L’Allemagne, la France, l’Italie et le Royaume-Uni félicitent Stephanie Williams, représentante spéciale par intérim du secrétaire général, pour son travail remarquable, apportent tout leur soutien au processus dirigé par la MANUL et appellent l’ensemble des parties libyennes et internationales à s’abstenir de toute initiative parallèle et non concertée qui risquerait de saper les efforts menés sous l’égide des Nations Unies. Nous sommes prêts à prendre des mesures contre les acteurs qui nuisent au Forum de dialogue politique inter-libyen et aux autres volets du processus de Berlin, et contre ceux qui continuent de piller les fonds publics ou de commettre des violations des droits de l’Homme dans tout le pays.

Aujourd’hui plus que jamais, nous sommes aux côtés de l’immense majorité des Libyens qui refusent le statu quo ainsi que toute action militaire ou violente pour mettre fin à la crise et au terrorisme. Comme eux, nous sommes opposés à toute ingérence étrangère et nous souhaitons qu’ils puissent se rassembler dans le cadre d’un dialogue pacifique et patriotique.

Source : https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2020/11/23/forum-de-dialogue-politique-libyen