Vu sur le Net

"Vu sur le Net" est une veille d’actualité quotidienne, disponible en flux RSS. Abonnez-vous !

En savoir plus :
8 octobre
2014

Steinmeier, le ministre allemand devenu poids lourd de la diplomatie mondiale

Article de Frédéric Lemaître, correspondant à Berlin, publié dans l’édition du Monde datée du 3 octobre 2014 et reproduit avec l’aimable autorisation du quotidien.

Depuis quelque temps, Frank-Walter Steinmeier, le ministre allemand des affaires étrangères, sort régulièrement de sa poche un drôle de petit objet. Un cône métallique d’une dizaine de centimètres, très piquant. Une pointe anti-SDF que l’on met parfois devant les boutiques de luxe ou les résidences chics pour éviter que des pauvres ne viennent s’y installer. Pour ce passionné d’architecture et d’urbanisme, « cet objet extrêmement regrettable » est plus explicite que bien des analyses. « Il montre que nos sociétés occidentales ont le sentiment d’être menacées par la fureur du monde, mais aussi qu’elles ne croient pas disposer de parades efficaces », a-t-il expliqué, fin août, devant les ambassadeurs allemands réunis à Berlin.

Mais « l’Allemagne n’est pas une île » et aucun grillage ne saurait la protéger des soubresauts de la planète. « Mener une politique extérieure active n’est pas une idée sympa, c’est une nécessité existentielle. L’Allemagne est un peu trop grande et trop forte économiquement pour ne pas s’engager », explique-t-il fréquemment. Parce qu’il incarne mieux que tout autre cette nouvelle ambition allemande sur la scène internationale, Frank-Walter Steinmeier, 58 ans, est désormais reçu par les chefs d’Etat et de gouvernement. En Russie, il rencontre Vladimir Poutine. En Inde, le premier ministre, Narendra Modi. En mai, il a également été le premier titulaire de ce portefeuille à assister à un conseil des ministres à l’Elysée. De nouveau en visite à Paris les 2 et 3 octobre, Frank-Walter Steinmeier rencontre le premier ministre, Manuel Valls, outre son homologue Laurent Fabius.

En quelques mois, cet intellectuel discret est devenu un poids lourd de la diplomatie mondiale. En raison de l’importance de l’Allemagne bien sûr, mais aussi de son propre parcours. De fait, Frank-Walter Steinmeier a joué un rôle au moins aussi considérable ces quinze dernières années que son mentor, Gerhard Schröder, à qui il ressemble si peu, ou que sa rivale, Angela Merkel, à qui il peut davantage être comparé.

« LE PAYS AVANT LE PARTI »

Quand il est directeur de la chancellerie, de 1999 à 2005, il n’est pas seulement le bras droit de Gerhard Schröder : il devient son éminence grise. Si le chancelier social-démocrate incarne l’Agenda 2010, ces réformes sociales radicales qui vont transformer l’Allemagne, Steinmeier en est le principal inspirateur. Ministre des affaires étrangères d’Angela Merkel de 2005 à 2009, le pays lui doit un « partenariat pour la modernité » avec la Russie, dans la droite ligne des politiques suivies par Willy Brandt et Gerhard Schröder.

A l’instar de son ancien patron – parti entre-temps faire fortune chez Gazprom, la société russe première exportatrice de gaz du monde –, Frank-Walter Steinmeier est convaincu que la Russie veut se moderniser et se rapprocher de l’Europe. L’Allemagne, pense-t-il, peut en tirer le plus grand profit. Angela Merkel, qui connaît son Poutine depuis longtemps, est plus sceptique, mais elle laisse faire le ministre.

Candidat contre elle pour devenir chancelier en 2009, Frank-Walter Steinmeier ne réunit que 23 % des voix, le pire score réalisé par le Parti social-démocrate (SPD). Devenu président de groupe de son parti au Bundestag et donc chef de l’opposition au Parlement, il aurait pu mener la vie dure à Angela Merkel. Il n’en fait rien. Au contraire, de 2009 à 2013, sous sa direction, les sociaux-démocrates approuvent systématiquement la politique européenne de la chancelière. Certes, le SPD se dit favorable aux euro-obligations et hostile à la politique d’austérité, mais le parti soutient, de fait, la politique d’Angela Merkel. Une alliance contre nature qui sera déterminante. Comment la gauche européenne pourrait-elle s’opposer à une politique approuvée par le SPD ? « Le pays avant le parti » : telle est alors la devise de Steinmeier, convaincu que les électeurs sauront gré au SPD d’avoir accompli des réformes difficiles au début des années 2000 et d’avoir soutenu la politique européenne d’Angela Merkel.

Pari à moitié gagné. Certes, en 2013, le SPD revient au pouvoir, mais c’est à nouveau dans le cadre d’une grande coalition dirigée par Angela Merkel, au faîte de sa popularité. Ce chef de l’opposition qui aurait pu obtenir n’importe quel poste retrouve avec un plaisir non dissimulé le ministère des affaires étrangères. Il n’attendait que cela. En témoigne la passation de pouvoir avec son prédécesseur, le très décrié Guido Westerwelle, en décembre 2013. Loin de se contenter des quelques formules de circonstance, le ministre prononce devant ses troupes un véritable discours de politique générale sur l’état de la planète et le rôle – accru – que doit prendre l’Allemagne sur la scène internationale. Un credo qu’avec l’aide du président de la République, Joachim Gauck, et de la ministre de la défense, Ursula von der Leyen, il impose à Angela Merkel. Si la chancelière finit par être convaincue – en déstabilisant l’Ukraine, Vladimir Poutine ne lui a pas laissé le choix –, les Allemands restent réservés. Seuls 37 % d’entre eux approuvent une politique étrangère plus active. Mais Frank-Walter Steinmeier n’en a cure.

Car ce fils de menuisier, encarté au Parti social-démocrate depuis 1975 – il a alors 19 ans –, est avant tout protestant. « Cela signifie à mes yeux être responsable de ce que l’on fait, mais aussi de ce que l’on ne fait pas », dit-il. Depuis quinze ans, son plus proche collaborateur est un pasteur d’Allemagne de l’Est, Stephan Steinlein. « Etre chrétien, c’est pour moi adopter quatre attitudes fondamentales », a récemment expliqué le ministre devant une assemblée de fidèles protestants. La première : « Avoir ses propres convictions. Y être fidèle même quand elles sont impopulaires. » D’où son engagement en faveur d’un rôle accru de l’Allemagne sur la scène internationale. La deuxième : « Chacun est en mesure de se former. Et de se forger sa propre opinion. » Une clé pour comprendre la pression que l’Agenda 2010 met sur les chômeurs pour qu’ils se forment et reprennent un travail. La troisième : « Il faut connaître ses limites et avoir le courage de faire des petits pas. » En découlent ses innombrables coups de fil avec son homologue russe Lavrov pour dénouer la crise ukrainienne. Enfin la quatrième : « Il faut soutenir les différences et accepter la diversité. » L’embauche d’une jeune femme apatride d’origine palestinienne pour être sa porte-parole adjointe, une véritable révolution pour le « Quai d’Orsay allemand », en est un témoignage.

L’entourage d’Angela Merkel apprécie ce ministre qui redonne du lustre à la diplomatie allemande sans faire de l’ombre à la chancelière : « Il n’a qu’un défaut : il est social-démocrate et reste donc un adversaire politique », confie un proche de cette dernière. Les Allemands aussi apprécient cet homme qui, en 2010, n’a pas hésité à s’arrêter plusieurs semaines pour donner un rein à sa femme.

« IL AURAIT PU RECEVOIR LE NOBEL DE LA PAIX »

Depuis son entrée en fonctions, Frank-Walter Steinmeier forme avec le président Gauck et Angela Merkel le trio de tête des responsables politiques les plus populaires. Sa défaite de 2009 et les crises qui secouent la planète l’ont rendu modeste. « Le diplomate est parfois comme un singe qui sort un poisson de l’eau en pensant qu’il se noie et qui, après la mort de celui-ci, s’en veut de ne pas être intervenu quelques minutes plus tôt », reconnaît-il. Au fil des années, lui-même est devenu plus grave. Il n’est plus tout à fait le bon vivant qu’il était en 2005 quand, au cours de ses voyages, il multipliait les confidences autour d’une bière.

Rigoureux envers lui-même, il rêve d’un monde fidèle à ses convictions héritées des Lumières et d’Emmanuel Kant. En visite à Kaboul, début septembre, c’est au nom de la raison et de la responsabilité de l’homme politique qu’il tente de convaincre les deux successeurs potentiels du président Karzaï de taire leurs divergences et de former un gouvernement d’union nationale. « Dans un monde devenu non pas multipolaire mais “non polaire” », Frank-Walter Steinmeier est convaincu que la diplomatie ne doit surtout pas baisser les bras. Son coup de maître : la visite organisée le 20 février, à Kiev, avec ses homologues français, Laurent Fabius, et polonais, Radoslaw Sikorski. « Rien que pour cela, il aurait pu recevoir le Nobel de la paix », reconnaît le député écologiste Omid Nouripour, pourtant prodigue en critiques sur le ministre.

« IL Y A TOUJOURS DES ALTERNATIVES À LA GUERRE »

Depuis, cet Allemand qui aime à raconter sa traversée de la France en 2CV dans les années 1970 travaille main dans la main avec Laurent Fabius mais a pris, sans le dire, ses distances avec la Pologne. Comme s’il fallait ne pas froisser Moscou. Car Vladimir Poutine – un nom qu’il ne prononce que rarement, préférant parler de « la Russie » – reste une énigme qu’il n’a manifestement pas réussi à déchiffrer. « De fait, je ne pensais pas qu’on remettrait un jour les frontières de l’Europe en question », reconnaît-il. « Après la crise, la Russie restera notre plus grand voisin », a glissé Steinmeier devant les ambassadeurs allemands. « Il sous-estime totalement les atteintes aux droits de l’homme en Russie », s’insurge Omid Nouripour. « Sur la Russie, il n’a pas encore trouvé ses marques. Il gère mais n’a pas vraiment de vision », regrette un dirigeant de la CDU.

Néanmoins, rien ne l’énerve plus que les déclarations d’un David Cameron comparant l’attitude des Européens face à Poutine, en particulier les Allemands, à celle des Britanniques et des Français face à Hitler en 1938. « C’est l’inverse. Dès le début, l’Europe unie a dénoncé l’invasion de la Crimée et pris des sanctions contre la Russie. Nous avons au contraire tiré les leçons de 1938 », explique-t-il, convaincu qu’« il y a toujours des alternatives à la guerre ». Steinmeier a aussi foi dans la diplomatie.

Tous les articles :

15 juin
2012

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault parle allemand à la radio (Europe 1)


Ayrault : Paris et Berlin, "main dans la main" par Europe1fr

Ayrault : Paris et Berlin, "main dans la main"

Jean-Marc Ayrault a réfuté toute volonté française de créer une coalition voire un front contre Angela Merkel, et le dit en allemand à partir de 5’45.

1er juin
2012

Un super-Ayrault pour sauver l’allemand à l’école ? (Rue 89)

" Dès l’annonce de la nomination de Jean-Marc Ayrault à Matignon, le 15 mai, les échanges d’e-mails fusent sur la messagerie interne de l’Adeaf. L’Association de développement de l’enseignement de l’allemand en France compte dans sa liste de diffusion près d’un quart des 8 000 enseignants en allemand en activité . Ce jour-là, tous les messages se ressemblent :

« Avec un Premier ministre germaniste, le changement c’est maintenant. »

« C’est vrai qu’on a accueilli la nouvelle avec une certaine satisfaction », explique Frédéric Auria, président de l’Adeaf et enseignant à Lyon.

« Avec Ayrault, on a l“idée que certains dossiers pourraient être plus vite compris, qu’ayant lui-même enseigné l’allemand il aura une sensibilité plus forte par rapport à nos problèmes.”

(...)

Sur le fond, la situation des professeurs d’allemand ressemble, en pire, à ce qui se dessine dans l’ensemble du monde éducatif. Des postes manquants, des problèmes de formation avec la suppression des Instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) et des étudiants qui désertent la profession : le nombre de candidats au Capes d’allemand a chuté de moitié en huit ans, 500 cette année contre 1 000 en 2004.

Sur la forme, c’est toute la promotion et l’image de l’allemand qu’il faut changer pour attirer les élèves. Aujourd’hui, seuls 22% des élèves du secondaire étudient l’allemand. Des chiffres qui tendent à se rapprocher de l’enseignement du russe ou de l’italien.

(...)
“ Chaque année, le 22 janvier, c’est la journée franco-allemande et l’événement n’apparaît qu’en tout petit dans les journaux locaux”, déplore Frédéric Auria.

“En 2013, on fêtera les 50 ans du traité de l’Elysée, signé par de Gaulle et Adenauer. Espérons que des ministres ou même le Premier ministre et le Président participeront à cet anniversaire et pas seulement un simple secrétaire d’Etat ou un ministre délégué.

On a besoin de ce genre d’exposition médiatique pour changer l’image de l’allemand. Pour beaucoup de gens, l’Allemagne, c’est encore la Seconde Guerre mondiale. ”
(...)"

31 mai
2012

France-Allemagne, cultures communes (Libération)

Par ANDREAS BEYER Directeur du Centre allemand de l’histoire de l’art de Paris

"Si le Festival de l’histoire de l’art a cette année l’Allemagne pour pays invité, c’est notamment grâce aux rapports toujours plus étroits qu’entretiennent les chercheurs, professeurs et institutions de notre discipline, ainsi qu’à l’intérêt réciproque croissant que se portent nos deux pays, en particulier au sein de la jeune génération.

Pourtant, dans une interview à la Frankfurter Allgemeine Zeitung, Pierre Nora a nié qu’il puisse exister, entre la France et l’Allemagne, un domaine commun culturel et intellectuel. Et s’il a jamais existé, allègue l’historien français, les deux pays se seraient entre-temps beaucoup trop détachés l’un de l’autre pour qu’il puisse subsister.

Néanmoins, cette personnalité avoue, dans la même interview, que la culture allemande lui est relativement étrangère et indifférente. On ne peut reprocher à un éminent homme d’esprit d’avoir ses propres préférences, d’être davantage porté sur son propre espace ou sur une culture autre que celle de l’Allemagne. Il n’en demeure pas moins sidérant que cet « historien public » conteste l’existence de médiateurs tels l’Université franco-allemande, qui siège à Sarrebruck mais entretient un réseau académique dans les deux pays, le Centre Marc-Bloch de Berlin, fondé en 1992, brièvement mentionné par Pierre Nora, ou l’Institut historique allemand, implanté à Paris depuis plus de cinquante ans - deux laboratoires vitaux, sans lesquels les relations intellectuelles franco-allemandes seraient impensables.

Il suffit de se tourner vers l’histoire de l’art pour se convaincre que la renationalisation des cultures européennes, tout de même déplorée par Pierre Nora, est en voie d’être dépassée. C’est en tout cas la mission que s’est donnée le Centre allemand d’histoire de l’art de Paris, en partant du principe que la recherche scientifique sur l’art aide précisément à surmonter l’étroitesse du protectionnisme intellectuel.
(...)"

31 mai
2012

20 ans d’Arte : peut-on aimer la chaîne franco-allemande sans être un vieux croûton ?

" Arte serait élitiste ? La chaîne franco-allemande créée en 1992 ne diffuse pourtant pas que des programmes inaccessibles. Même si les audiences ne suivent pas, Arte est l’une des seules chaînes, sinon la seule, à avoir une programmation si fouillée, selon Elise Costa, auteur de "Comment je n’ai pas rencontré Britney Spears".

(...)

Lancée le 30 mai 1992 au lendemain de la réunification allemande , Arte a pour vocation d’être une chaîne culturelle cocorico-teutonne. Un projet ambitieux en soi : imaginez un duo entre Lordi, le groupe de hard-rock finlandais, et Luz Casal à l’Eurovision. Si vous n’y arrivez pas, reste le premier générique d’Arte pour visualiser.

D’un côté du Rhin comme de l’autre, dans les années 90, la chaîne peine à trouver sa place dans le paysage audiovisuel : en Allemagne, on a pu l’assimiler à une chaîne pour enfants ; en France à une chaîne un peu pompeuse.

Il faut dire que pour le plus grand bonheur des professeurs du Goethe Institut et autres têtes d’œufs, son crédo a toujours été de "niveler par le haut", avec tout ce qu’une telle ligne de conduite implique : faible audience, mépris de l’anti-élite, et parodies hilarantes.
(...)"

26 mai
2012

Les Allemands cherchent de la main d’oeuvre qualifiée en France (La Croix)

"« Je cherche du travail en Allemagne, car l’industrie y marche mieux. » Gilles Sadati vient de faire faillite avec une entreprise qu’il a créée en France, spécialisée dans les énergies renouvelables, un secteur sinistré en France mais qui recrute beaucoup en Allemagne. Cet homme de 53 ans, qui a été jusqu’en 2009 vice-président Europe de Schneider Electric, est venu au Salon de l’emploi franco-allemand, un événement créé en 2005 et qui se tient deux fois par an à Cologne et à Paris.

Parmi les 700 visiteurs, autant d’Allemands que de Français, tous à la recherche d’un emploi dans ce monde biculturel. Thibault Chavanat, 23 ans, tout juste sorti de la renommée École des Mines, est venu passer des entretiens pour travailler en Allemagne chez Altran et chez MCA, deux cabinets de conseil d’études en ingénierie, mais aussi Décathlon. Licenciée il y a un mois, Élizabeth Lechon, 58 ans, recherche pour sa part un travail dans l’administratif, où elle pourrait exploiter sa double nationalité franco-allemande. Voilà une demi-heure qu’elle fait la queue pour s’entretenir avec l’un des conseillers d’Eurojob Consulting, un des spécialistes de l’emploi franco-allemand.

Côté entreprises, une quarantaine de grands groupes internationaux (ABB, Altran ou Bouygues Construction…) ou de PME (Vermop ou Grimme SARL) sont présents pour recruter des profils très divers. Mélanie Imse, une Alsacienne, vient chercher des jeunes diplômés parlant couramment la langue de Goethe pour Sixt, le groupe de location de voitures allemand. « Le but est qu’ils puissent facilement communiquer avec le siège », souligne-t-elle. Sur la cinquantaine de CV récoltés, cinq profils pourraient vraiment intéresser la société française Iliade Consulting, un cabinet de conseil de niche spécialisé dans l’énergie et les systèmes d’information décidé à s’implanter en Allemagne dans les mois à venir.
(...)"

21 mai
2012

Cazeneuve à Berlin se met à l’allemand (Europe1)

"Le nouveau ministre français délégué aux Affaires européennes, Bernard Cazeneuve, a indiqué s’être mis à l’allemand à l’occasion de sa première visite officielle à Berlin, la première à l’étranger. "J’ai juste commencé à apprendre l’allemand hier pour cet entretien aujourd’hui avec mon collègue, Michael Link", a-t-il dit lors d’une conférence de presse avec son homologue.

Ses premiers mots prononcés devant la presse à Berlin ont d’ailleurs été en allemand : "Ich freue mich heute hier in Berlin zu sein. (...) Ich freue mich mit Herrn Link einen Partner und Freund gefunden zu haben. (Je me réjouis d’être ici aujourd’hui à Berlin (...) Je me réjouis d’avoir trouvé en Monsieur Link un partenaire et ami, ndlr)". Il a ensuite poursuivi en français. (...)"

14 mai
2012

La France et l’Allemagne, un couple très spécial (20 minutes)

" Le jour-même de son investiture, François Hollande se rend en Allemagne, à la rencontre de la chancelière Angela Merkel. Ce baptême du feu diplomatique augure l’espoir d’une nouvelle relation privilégiée entre les deux pays. Il rappelle aussi un autre rendez-vous : le 16 mai 2007, Nicolas Sarkozy s’était rendu à Berlin au soir de sa prise de fonction comme chef de l’Etat, pour la première de ses entrevues avec Angela Merkel.

Un nouveau président, un premier voyage officiel en Allemagne ? L’équation n’est pas si récente,Jacques Chirac ayant privilégié les Etats-Unis pour son premier voyage hors de l’Hexagone, en juin 1995. Mais la relation « spéciale » entre l’Allemagne et la France est bien plus ancienne. Celle-ci débute avec la réconciliation entre le général de Gaulle et Konrad Adenauer en 1962, avant que les dirigeants ne lancent l’année suivante un traité de coopération franco-allemand.

« Le lancement de l’axe franco-allemand, qui intervient peu d’années après la capitulation allemande, est très important. Des générations politiques, jusqu’à celle de Nicolas Sarkozy, ont été marquées par l’héritage de la Seconde Guerre mondiale, et de l’urgente nécessité d’un monde pacifié », explique Jean Garrigues, professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Orléans.

Si le souvenir des blessures de l’Histoire est présent dans cette relation toute spéciale entre les deux pays, celle-ci est dirigée par des impératifs concrets. Selon le spécialiste d’histoire politique, « les liens économiques sont indissolubles, l’Allemagne et la France étant les premiers partenaires économiques. » (...)"

13 avril
2012

Le modèle allemand est perfectible, mais il est encore trop méconnu ! (Le Monde)

" Il a beaucoup été question, ces derniers temps, du "modèle allemand". Je tiens à être clair : l’Allemagne ne se considère pas comme le pays idéal que tous les autres devraient prendre en exemple. Elle aussi ses problèmes : un niveau d’endettement élevé et un faible taux de natalité, notamment. Le système économique et social allemand fait l’objet d’analyses souvent très justes mais j’entends également de nombreuses demi-vérités. C’est pourquoi j’aimerais rétablir quelques faits.

Concernant le chômage. Début 2004, l’Allemagne était la "championne du monde des délocalisations d’emplois" et comptait 5 millions de chômeurs, contre 3 millions aujourd’hui. Qu’est-ce qui explique cette évolution ? Face aux effrayants chiffres du chômage de l’époque, le gouvernement fédéral, en coopération avec les syndicats, a adopté une politique visant à relancer l’emploi. Si préserver un emploi suppose d’assouplir les modèles de temps de travail et de recourir au temps partiel ou au chômage partiel, cela vaut généralement mieux pour les salariés comme pour les entreprises que des licenciements.

Pendant la crise économique de 2008, le chômage partiel a par exemple été simplifié en accord avec les syndicats afin de permettre aux salariés de garder leur emploi et aux entreprises de conserver le savoir-faire de leurs salariés. Aujourd’hui, la situation est différente : de nombreux postes sont vacants et l’Allemagne cherche de la main-d’œuvre qualifiée. Le fait qu’il reste malgré tout 3 millions de chômeurs montre que la qualification des chômeurs constitue un enjeu majeur. (...)"

30 mars
2012

De l’utilité d’apprendre l’allemand (20 minutes)

" Dans la famille Deck, on parle l’allemand de père en fils. À la maison, à table, devant la télévision... rien de surprenant alors que Jérôme, 20 ans, ait suivi une scolarité entière en classe bilingue. « Mes parents m’ont inscrit dès la maternelle. C’est moi qui ai ensuite décidé au collège et au lycée de poursuivre l’apprentissage de la langue allemande. Je me disais que ça pourrait m’être utile », dit-il. Bien lui en a pris. Chef de rang aujourd’hui au restaurant “L’Alsace à table” à Strasbourg, il est à l’aise avec une clientèle nombreuse, venue d’Outre-Rhin. « On me sollicite souvent pour m’occuper des clients germanophones. L’allemand m’est bénéfique, c’est certain que cette langue ouvre des perspectives d’emploi. C’est un vrai plus pour travailler », reconnaît-il. (...)

Alors qu’une manifestation se tient samedi, place Kléber, pour la défense de la langue et de la culture régionales, la filière bilingue tend à se développer en Alsace. Selon les chiffres fournis par le rectorat, ils sont 24 627 élèves, de la maternelle au lycée, à suivre cette année un cursus bilingue. Ils étaient trois fois moins au début des années 2000 (7 119). (...)"

18 janvier
2012

Drôle de peuple / Komisches Volk, une exposition de Plantu à l’ambassade d’Allemagne à Paris

Caricaturiste pour le quotidien français Le Monde où il occupe quotidiennement la Une depuis 1985, et pour l’hebdomadaire l’Express depuis presque vingt ans, Plantu est désormais une institution française.
Alliant un sens critique toujours en éveil à une remarquable faculté d’empathie, il nous libère par le rire de tous les clichés sur le voisin d’outre-Rhin. L’exposition "Drôle de peuple ! Komisches Volk !" rassemble 130 caricatures retraçant 20 ans de relations franco-allemandes.

En savoir plus : Pour en savoir plus