Coopération franco-allemande en matière de Défense

La relation bilatérale entre la France et l’Allemagne est intense et dynamique et reste essentielle pour leurs objectifs stratégiques, notamment en ce qui concerne l’Europe de la défense et la rénovation de l’OTAN. Initiée sous le sceau de la réconciliation, elle garde un caractère spécial par son volume et sa qualité. Elle se fonde sur les intérêts communs et la confiance réciproque.

La relation bilatérale entre la France et l’Allemagne est intense et dynamique et reste essentielle pour leurs objectifs stratégiques, notamment en ce qui concerne l’Europe de la défense et la rénovation de l’OTAN. Initiée sous le sceau de la réconciliation, elle garde un caractère spécial par son volume et sa qualité. Elle se fonde sur les intérêts communs et la confiance réciproque.



- Le Conseil franco-allemand de défense et de sécurité
- L’Eurocorps
- La Brigade franco-allemande
- Échange entre officiers
- Groupements tactiques 1500

La coopération militaire franco-allemande est fortement structurée et son périmètre d’action très vaste. Elle trouve son expression au travers du Conseil Franco-Allemand de Défense et de Sécurité (CFADS) qui réunit le Président et la Chancelière avec les ministres de la défense et des Affaires étrangères ainsi que les chefs d’Etat-Major des Armées tous les six mois. Les conseils sont précédés de comités, de commissions et de réunions des groupes de travail : groupe d’études « stratégie et désarmement » (GESD), groupe franco-allemand de coopération militaire (GFACM), groupe armement et groupe juridique.

L’objectif est le maintien en volume et en qualité de la coopération militaire franco-allemande. Les instances du GFACM (groupe franco-allemand de coopération militaire) sont en cours de rénovation pour les rendre plus réactives et dynamiques. Lors de la 50e session du groupe franco-allemand de coopération militaire (GFACM) en octobre 2008, le major général des armées et son homologue allemand stellvertretende Generalinspekteur, ont décidé de recentrer le travail de la structure sur des projets concrets, dans une logique d’objectifs et de résultats, afin de gagner en efficacité. Treize projets ont ainsi été retenus, tels que l’engagement du Corps européen en Afghanistan, la définition d’une « vision commune 2030 » dans le domaine capacitaire ou le soutien de l’homme en opération, chaque projet étant principalement défini par les résultats attendus et relevant généralement d’un intérêt interarmées ou politico-militaire.

Dans ce cadre, la priorité est donnée aux activités visant à la satisfaction des besoins opérationnels communs et à l’élargissement des initiatives franco-allemandes au profit de l’Union Européenne ou de l’OTAN.

Les principales activités de coopération franco-allemande sont les suivantes :

- la Brigade franco-allemande (BFA), créée en 1989, dont l’état-major ainsi que le bataillon de commandement et de soutien mixte sont implantés à Müllheim, compte 2 800 soldats allemands et 2 300 soldats français. Elle se compose actuellement de 2 régiments allemands et 2 régiments français, tous implantés dans le sud-ouest de l’Allemagne, à Donaueschingen, Immendingen et Villingen. Le ministère de la Défense a annoncé, le 3 février 2009, avoir trouvé avec son homologue allemand un accord de principe sur l’installation d’un bataillon allemand dans l’est de la France.
S’il n’y avait pas encore d’unités militaires allemandes sur le sol français, plusieurs centaines de soldats allemands, surtout des officiers, étaient déjà présents en France au quartier général de l’Eurocorps à Strasbourg.

- les Écoles franco-allemandes du Tigre (EFA), dont les volets pilotage et formation tactique s’effectuent au Luc en France tandis que la formation technique se déroule à Fassberg en Allemagne ;

- le centre de formation franco-allemand de contrôleurs aériens avancés (CFAA de Nancy), qui est le seul en Europe à former des contrôleurs avancés jusqu’au niveau « combat ready » selon les standards de l’OTAN ;

- la force navale franco-allemande (FNFA), constituée annuellement lors de grands rendez-vous à la mer des deux marines ;

- l’échange et la formation conjointe d’officiers, notamment EFENA, qui représentent un modèle pour le concept d’Erasmus militaire développé par la présidence française de l’UE, ont été étendus à la formation initiale des officiers des armées de terre depuis la rentrée 2007 (5 élèves officiers allemands sont formés en France -2 années en lycée militaire et 3 années à l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr - Coëtquidan- et 5 élèves officiers français sont formés en Allemagne).

Version imprimable

L’actualité

Les déclarations du Conseil franco-allemand de défense et de sécurité

Liens utiles

www.defense.gouv.fr

Défense

Diaporama partenaires