Commandement européen du transport aérien militaire - 7ème Conseil des ministres franco-allemand (12 octobre 2006)

La France et l’Allemagne attachent une grande importance au développement des capacités militaires d’intervention de l’Union Européenne pour le règlement des crises et le maintien de la paix. A ce titre, la création d’un commandement européen du transport aérien constitue l’un des objectifs majeurs de ce que l’on a défini comme "l’objectif global" de l’UE à l’horizon 2010. Il s’agit du projet "EATC" (European Air Transport Command), qui permettra d’utiliser nos moyens conjointement et d’une manière plus efficace.

La démarche entreprise pour le transport aérien fait partie d’un ensemble d’initiatives dont le but est d’organiser notre dispositif de défense pour doter la PESD de moyens efficaces et cohérents. Dans le même ordre d’idées, nous développons l’agence européenne de défense et la cellule de coordination des opérations civiles et militaires. S’agissant du transport aérien, l’initiative européenne poursuit deux objectifs : d’une part, celui d’une gestion plus économique de moyens onéreux, d’autre part, celui d’une coopération plus étroite dans la conduite des opérations militaires.

Au mois d’avril dernier, les armées française et allemande se sont engagées à traduire concrètement ces ambitions en signant une lettre d’intention qui établit notre accord sur les grandes lignes d’un tel commandement. Cette déclaration s’applique au transport aérien dit "stratégique", c’est-à-dire à longue distance, et "tactique", sur le théâtre des opérations. Nos travaux dans ce sens vont débuter en 2007. Ils seront menés en relation avec nos partenaires, pour atteindre un objectif de capacités communes au cours de la décennie.

Sur le plan de l’organisation, notre rapprochement permettra des économies d’échelle. Nous allons former une structure de commandement unique. Nous tendrons vers un système d’entretien plus fédéré. La formation des équipages et du personnel technique adoptera les mêmes règles. Avec la mise en service de l’Airbus A400M, que la France et l’Allemagne emploieront dans des configurations presque identiques, cette synergie permettra une amélioration substantielle des capacités européennes de transport.

Sur le plan des opérations militaires, notre système permettra de faire un meilleur emploi des capacités nationales, dans la même enveloppe de moyens. Les flux logistiques pourront être optimisés. Notre coopération sera considérablement améliorée dans la conduite des opérations multinationales. La Belgique s’est déjà ralliée à l’initiative EATC. D’autres pays ont signalé qu’ils pourraient suivre.

La création de l’EATC doit se voir aussi en parallèle avec la mise en place d’un centre européen "multimodal" de coordination des mouvements logistiques, dont l’objectif sera de coordonner, au profit des forces militaires, l’ensemble de leurs transports terrestres, maritimes et aériens. Au total, l’initiative de l’EATC, d’abord mise en œuvre par la France, l’Allemagne et la Belgique, sera un facteur d’impulsion considérable pour le rapprochement des armées européennes.
Version imprimable