Vu sur le Net

"Vu sur le Net" est une veille d’actualité quotidienne, disponible en flux RSS. Abonnez-vous !
30 octobre
2010

Au volant de sa Deutschmobil, Katharina fait aimer l’allemand

Depuis 2001, la fédération des Maisons franco-allemandes s’y emploie par le déploiement à travers la France de lecteurs animateurs allemands qui sillonnent l’Hexagone avec treize véhicules, mis à disposition par Mercedes Benz. Ils forment la « Deutschmobil ».

GIF - 1.7 ko

www.deutschmobil.fr


Katharina Brehmer, originaire de Potsdam, fait partie de ces jeunes animatrices de la Deutschmobil. Elle séjournera pendant un an dans la région nantaise en intervenant dans les écoles qui le souhaitent (primaires, collèges et lycées) afin de promouvoir sa langue de manière vivante et spontanée.

Elle fait halte dans un collège de la région de Nantes pour quelques séances d’initiation dont ont profité les élèves de 5 e . « Il faut dédramatiser le choix de cette langue dans ces soi-disant difficultés grammaticales ou de prononciation. Le jeu, la musique, les petits dialogues sont la base de nos séances et on s’amuse autour des mots, en fonction des tranches d’âge. Les jeunes élèves doivent pouvoir la choisir sans appréhension comme l’anglais », explique Katharina.

La réciproque s’applique puisqu’une dizaine de « Francemobiles » mènent une action identique en Allemagne pour encourager l’apprentissage du français.

GIF - 1.3 ko

www.kultur-frankreich.de/francemobil


Ces missions ont été récompensées du prix De Gaulle - Adenauer en 2003 et élargissent chaque année leur périmètre d’intervention : plus de 6 500 écoles visitées !

Tous les articles :

7 mai
2010

A Montbéliard, le ballon rond a scellé la réconciliation franco-allemande

07.05.2010
En 1951, quelques dirigeants du Football Club Sochaux-Montbéliard décident d’emmener une équipe de jeunes à Ludwigsburg, ville allemande située à environ 80 kilomètres au nord-est de Strasbourg, pour y disputer un match amical. Ils ne savent pas encore que cette rencontre sera le point de départ d’échanges annuels qui vont se perpétuer pendant 30 ans.

La délégation d’une trentaine de joueurs et dirigeants part sans vraiment se soucier de la valeur symbolique de son geste, se souvient André Boillat, l’un des entraîneurs de l’époque, aujourd’hui âgé de 87 ans.

"Pour nous, c’était une rencontre de plus, comme on en faisait à Lyon ou à Lille. C’était l’occasion de se faire de nouveaux amis, de passer une bonne soirée d’après-match, tout simplement", raconte-t-il.

L’idée de contribuer à effacer les cicatrices encore chaudes n’était toutefois pas complètement absente.

"On s’est dit que commencer par des jeunes qui n’avaient que 13 ans en 1945 y aiderait. Tout n’était pas oublié et plusieurs avaient un père qui revenait de captivité. Mais sur place, on n’en a pas parlé. Les parents étaient sans doute plus soucieux", évoque André Boillat, qui joua les interprètes.

Il faudra attendre le début des années 1960 pour faire se rencontrer les équipes de vétérans, relève-t-il. L’accueil chaleureux chez l’habitant, l’ambiance de fête au restaurant brisent les dernières réticences.

Le jumelage entre les deux villes est officialisé par la signature d’un acte en bonne et due forme en 1962, "le premier franco-allemand du genre", rappelle Fanny Girardot, responsable des Archives municipales de Montbéliard.
En savoir plus : www.letemps.ch
7 mai
2010

Pierre Lellouche. « On va dans le bon sens »

07.05.2010
Pierre Lellouche, secrétaire d’État aux Affaires européennes, analyse la crise grecque et la façon dont le couple franco-allemand l’a gérée.

JPEG - 22.1 ko

Pierre Lellouche (Paris, 04.02.2010) - Photo : © MAEE, C. Bailleul


Question : Les événements de Grèce ne sont-ils pas le signe que le régime imposé à ce pays est trop sévère ?

Pierre Lellouche : Le régime est incontestablement très dur. Mais ce n’est pas une potion amère que l’Europe prendrait un plaisir sadique à imposer à un de ses membres. Ce paquet a été fabriqué de concert avec les Européens, les experts du FMI et, bien sûr, le gouvernement grec. Il est malheureusement à la hauteur du fonctionnement politico-économique de ce pays depuis des lustres. Une partie de l’économie grecque échappe à l’impôt, notamment les activités touristiques et celles de shipping ;ce pays souffre aussi d’une sur-représentation des emplois publics et de l’importance d’une économie au noir. On est loin des disciplines collectives qu’impose l’appartenance à la zone euro. Ajoutez à cela des statistiques frelatées. De 6% de déficit public annoncé, on en est à 14% aujourd’hui. Voilà les raisons pour lesquelles la potion est très amère.

Question : À cette occasion, le couple franco-allemand a-t-il bien fonctionné ?

Pierre Lellouche : Le président de la République et la Chancelière ont adressé ce jeudi une lettre commune au président du Conseil européen, Herman Van Rompuy et au président de la Commission, José-Manuel Barroso, pour rappeler leur détermination à défendre l’euro. La position allemande a permis de dégager un équilibre entre solidarité et conditionnalité, parce qu’il n’était pas question de financer un trou sans fond sans que la Grèce accepte de se réformer. Il y a donc eu un accord. Il est solide et considérable. Jamais, dans l’histoire, on a débloqué des sommes aussi massives. 80 milliards d’euros en Europe, plus 30 milliards du FMI. Ces sommes considérables devraient protéger la Grèce des spéculateurs, puisqu’elle n’aura pas besoin de se refinancer auprès des marchés pendant la période où elle va remettre en marche son économie.
En savoir plus : www.letelegramme.com
7 mai
2010

Exercice franco-allemand - Une cuve s’enflamme au Port aux pétroles de Strasbourg

07.05.2010
L’exercice binational a permis de tester les interventions simultanées des pompiers allemands et français.

130 pompiers, dont une quarantaine d’Allemands, 35 engins, le bateau-pompe binational… Les grands moyens ont été mis en œuvre, hier en début d’après-midi, pour un exercice du Plan particulier d’intervention (PPI) du Port aux pétroles.

« C’est un exercice formateur pour des professionnels ayant des modes opératoires et des matériels différents », expliquait, au début de l’exercice, le lieutenant-colonel Alex Roth, officier de presse pour l’occasion, du Service départemental d’incendie et de secours du Bas-Rhin.

Les soldats du feu, qui avaient été précédés dans leur déploiement par les employés de la Société européenne de stockage, formés aussi à ce type d’incident dans le cadre de leur POI (plan interne d’opération), avaient pour but de simuler, en deux heures, un combat de trois jours pour éviter le boil-over dans des cuves d’hydrocarbure.
En savoir plus : www.lalsace.fr
6 mai
2010

Comment Merkel et Sarkozy veulent sauver l’euro

06.05.2010

JPEG - 28.9 ko

Nicolas Sarkozy et Angela Merkel (Paris, 04.02.2010) - Photo : © MAEE, F. de La Mure


Angela Merkel et Nicolas Sarkozy reprennent l’initiative à la veille du Conseil européen des chefs d’Etat et de gouvernement. La chancelière allemande et le chef de l’Etat français ont appelé jeudi dans une lettre commune à « aller plus loin » et à « tirer les leçons de la crise » grecque afin « d’éviter qu’une crise de cette nature ne se reproduise ».

Dans ce texte adressé à Herman Van Rompuy, président de l’Union européenne, et à Jose Manuel Barroso, président de la Commission européenne, ils détaillent comment « renforcer la gouvernance économique ». L’enjeu ? « Préserver les acquis de la création de l’euro ».

Les deux dirigeants réclament une véritable remise à plat du fonctionnement de la zone euro. D’abord sur la réforme du pacte de stabilité et de croissance qui a fait la preuve de son inefficacité : « Renforcement de la surveillance budgétaire », « élargissement » des critères de Maastricht « aux questions structurelles et de compétitivité » mais aussi « un cadre robuste pour la résolution des crises ».
En savoir plus : www.lefigaro.fr
6 mai
2010

Les propositions d’Angela Merkel et de Nicolas Sarkozy pour sauver l’euro

06.05.2010

JPEG - 31.2 ko

Nicolas Sarkozy et Angela Merkel (Paris, 28.10.2009) - Photo : © MAEE, F. de La Mure


Défendre la zone euro en danger, alors que la crise grecque menace de s’étendre au Portugal et à l’Espagne : Angela Merkel et Nicolas Sarkozy font front commun, à la veille du sommet de la zone euro du vendredi 7 mai.

Ils ont envoyé, jeudi, une lettre commune au président du Conseil européen, Herman Van Rompuy et au président de la Commission, José Manuel Barroso. Silencieuse sur les désaccords, notamment sur la possibilité de laisser un Etat de la zone faire faillite ou restructurer sa dette, l’initiative refonde un socle commun minimal et demande l’approfondissement des règles de gouvernance économique de la zone euro.

La lettre commence par exclure l’idée d’expulser un Etat membre de l’union monétaire, les deux dirigeants se disant "pleinement attachés" à préserver "l’unité de la zone euro".

Ensuite, elle précise que la monnaie unique est une affaire commune et qu’il n’est plus question de laisser chacun gérer ses petites affaires seul. "Tous les Etats membres sont responsables de la stabilité de la zone euro dans son ensemble."
En savoir plus : www.lemonde.fr
6 mai
2010

Sarkozy et Merkel pour renforcer la surveillance budgétaire de la zone euro

06.05.2010

JPEG - 32.3 ko

Nicolas Sarkozy et Angela Merkel (Berlin, 31.08.2009) - Photo : © REGIERUNGonline/Steins


Nicolas Sarkozy et Angela Merkel veulent renforcer la surveillance budgétaire dans la zone euro et doter ses seize membres d’un "cadre robuste" de gestion des crises, dans une lettre dont le quotidien Le Monde a publié des extraits dans son édition datée de vendredi.

"Lors de notre prochain sommet, les chefs d’Etat et de gouvernement de la zone euro devront adresser le signal qu’ils sont prêts à envisager pour la zone euro un renforcement de la surveillance budgétaire", écrivent le président français et la chancelière allemande à la veille du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Eurogroupe à Bruxelles.
En savoir plus : www.leparisien.fr
5 mai
2010

Gérard Larcher en Allemagne : PAC et Euro au programme

05-07.05.2010
Le Président du Sénat, Gérard Larcher, effectuera une visite officielle en Allemagne du 5 au 7 mai qui le conduira à Brême, dont le maire est l’actuel Président du Bundesrat, puis à Berlin.

Il sera accompagné des Sénateurs Jean Bizet, Président de la Commission des Affaires européennes, Jean-Pierre Chevènement, Vice-Président de la Commission des Affaires étrangères, de la défense et des forces armées et Catherine Troendle, Vice-Présidente de la Commission des Lois.

Avec ses interlocuteurs, M. Larcher compte aborder deux sujets principaux : la réforme de la Politique agricole commune et la gouvernance économique au sein de la zone euro, en particulier la réponse européenne à la crise grecque. « L’euro et la PAC sont les deux piliers de l’Union européenne. Ils sont mis à mal aujourd’hui. Plus que jamais, Français et Allemands doivent ensemble œuvrer pour une union européenne solidaire » indique Gérard Larcher.

Il rencontrera le Président de la République, les Présidents du Bundestag et du Bundesrat, les ministres des finances, de l’agriculture et des affaires européennes ainsi que le Maire de Berlin.
En savoir plus : www.senat.fr
4 mai
2010

Lancement en octobre 2010 d’un Master franco-allemand en alternance

04.05.2010
L’EM Strasbourg et Hochschule Reutlingen ont signé une convention de partenariat le 26 avril pour lancer en octobre 2010 un Master franco-allemand en alternance.

Ce Master universitaire (Bac+5), qui délivrera un double diplôme, se déroulera la première année chez le partenaire Allemand (un semestre de cours, suivi d’un semestre de stage).
Les cours de la seconde année, en alternance, auront lieu à l’Ecole de Management Strasbourg ; les étudiants français travailleront dans des entreprises allemandes et les étudiants allemands dans des entreprises françaises.

Cette nouvelle formation a pour objectif de répondre aux besoins des entreprises européennes travaillant en France et en Allemagne.
En savoir plus : www.capcampus.com
4 mai
2010

"Il faut une gouvernance économique en Europe" - Entretien de Pierre Lellouche avec l’Express

04.05.2010

JPEG - 16.1 ko

Pierre Lellouche (Verdun, 22.09.2009) - Photo : © MAEE, C. Bailleul


UE, relations franco-allemandes... Après la tempête soulevée par la Grèce, Pierre Lellouche, secrétaire d’État aux Affaires européennes, dresse le bilan.

(...)

Question : Le tandem franco-allemand a été secoué...

Pierre Lellouche : Mais sans ce tandem, rien ne marche en Europe ! Vous noterez que le président ne s’est pas posé en donneur de leçons auprès de la chancelière. Quant à moi, je ne me pose pas en censeur de l’Allemagne. On a trop tendance, côté français, à entonner, depuis 1918, la chanson "l’Allemagne paiera" ! Si elle a hésité, c’est vrai, si la majorité de son opinion publique et une bonne partie de sa classe politique ont rechigné à ouvrir le carnet de chèques, c’est d’abord parce que le poids de l’Histoire est toujours là. La république de Weimar est morte et Hitler est arrivé au pouvoir à cause de la crise et de l’hyperinflation. Ce souvenir est toujours vivace. Il y a aussi le fait que les Allemands ont fait beaucoup d’efforts depuis dix ans, sous Schröder notamment, pour améliorer leur compétitivité, pendant que nous, Français, sous Jospin, faisions les trente-cinq heures. Et beaucoup d’Allemands ne comprennent pas pourquoi, travaillant jusqu’à 67 ans, ils devraient financer la retraite à 53 ans et quatorze mois de salaire ailleurs.

Enfin, l’Allemagne réunifiée, vingt ans après la chute du mur de Berlin, aspire simplement à être un Etat comme les autres. L’idée d’un "devoir" européen particulier en raison des crimes des pères s’éloigne peu à peu. C’est ainsi. Quant à nous, Français, il est impératif que nous tenions nos engagements pour 2013 en matière de réduction des déficits publics.

(...)
En savoir plus : www.lexpress.fr
3 mai
2010

Abbaye du Mont-Saint-Michel : l’amitié franco-allemande en musique

03.05.2010
Dans l’abbaye du Mont-Saint-Michel, sera donné le 8 mai à 20 h un concert qui célébrera la réconciliation et l’amitié franco-allemande. Grâce au soutien de la présidente du centre des monuments nationaux, ce concert proposé par l’ambassade de la République fédérale d’Allemagne veut « renforcer les liens qui unissent notre pays avec la Basse-Normandie », déclare le lieutenant-colonel Jens Ludwig, attaché militaire allemand en France. Ce concert précédera la journée du Souvenir et de la Paix prévue le 3 juin au Mont-Saint-Michel.

L’orchestre de la Bundeswehr, un ensemble de musique de chambre réunit des appelés musiciens spécialisés dans les instruments à cordes, tambours et fifres. Il est dirigé par Martin Jankovsky.
En savoir plus : www.ouest-france.fr