L’actualité

2 octobre
2018

Conférence : Les appels d’offres éoliens en France et en Allemagne : retours d’expérience, défis et perspectives (16 octobre 2018)

En 2017, ont eu lieu les premiers appels d’offres éoliens en France et en Allemagne. En Allemagne, la loi sur les énergies renouvelables (EEG), dans sa version de 2017, a généralisé les appels d’offres à tous les projets éoliens de plus de 750kW. La même année, la France a introduit deux dispositifs de soutien : les installations à partir de 7 éoliennes sont désormais soumises à la procédure d’appel d’offres tandis qu’un guichet ouvert avec complément de rémunération est mis en place pour les installations jusqu’à 6 éoliennes et avec une limite individuelle de 3 MW par turbine. Suite aux premiers résultats des appels d’offres de 2017, des évolutions sont à venir.

La conférence de l’OFATE aura pour objectif d’analyser les mécanismes d’appels d’offres éoliens en France et en Allemagne et abordera les questions suivantes :
• Quels sont les développements des cadres juridiques à venir pour les systèmes d’appels d’offres en France et en Allemagne ?
• Quelles stratégies peuvent être développées dans le cadre des appels d’offres ?
• Quelles différences y a-t-il entre les cadres juridiques allemand et français pour les projets citoyens d’énergie ?
• Quelles perspectives y-a-t-il pour les appels d’offres bi-technologiques en France et en Allemagne ?
• Quels sont, dans le contexte actuel, les modèles d’affaires émergents ?

Date : 16 octobre 2018

Organisateur :
Office franco-allemand pour la transition énergétique (OFATE)

Lieu : Ambassade de France à Berlin, Wilhelmstraße 69, 10117 Berlin

Renseignements et inscriptions :

https://energie-fr-de.eu/fr/manifestations/lecteur/les-appels-doffres-eoliens-en-france-et-en-allemagne-retours-dexperience-defis-et-perspectives.html

19 septembre
2018

500 jeunes d’Europe et des pays voisins se réunissent pour développer des idées pour la paix



Du 14 au 18 novembre 2018, 500 jeunes participeront à la rencontre internationale « Youth for Peace – 100 ans après la Première Guerre mondiale, 100 idées pour la paix », organisée à Berlin.

Réunis en ateliers et accompagnés par des animateurs expérimentés, les 500 jeunes élaboreront des idées concrètes pour établir, maintenir et renforcer la paix et tenteront de poser les jalons d’une culture commémorative européenne et transnationale.

Deux cérémonies officielles, en ouverture et en clôture, encadreront l’événement en présence de nombreux responsables politiques, notamment le président Frank-Walter Steinmeier et le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas.

À l’issue de ces trois jours, les participants remettront leurs propositions à de hauts responsables politiques et en débattront avec eux, partageant ainsi leur conception d’un avenir pacifique en Europe et des relations entre le Vieux Continent et ses voisins.

Nouveau regard sur la Première Guerre mondiale et mémoire commune

Cette rencontre représente un enjeu majeur, celui de confronter, pour la première fois à cette échelle, les différentes perspectives sur les évènements de la fin de la Première Guerre mondiale. Quelles en sont, aujourd’hui encore, les répercussions sur les pays concernés ? Comment passe-t-on de l’état de guerre à la paix ? Que signifie le concept de « paix en Europe » aujourd’hui ? Les questions liées à l’avenir du continent et de ses relations avec les pays orientaux et méridionaux limitrophes seront également abordées.

Grâce au savoir-faire de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ) en matière de pédagogie de la paix, de travail de mémoire et d’apprentissage interculturel, cette rencontre multi-perspectiviste devrait permettre de faire émerger une mémoire collective qui dépasse l’approche nationale ou bilatérale.

500 participants reflètent la diversité de l’Europe

Âgés de 15 à 22 ans, les 500 participants, issus de 39 pays, ont été sélectionnés parmi 1 600 candidatures. À l’initiative de l’Ambassade de France/Institut français d’Allemagne, avec le soutien de la Mission du Centenaire, en coopération avec les ministères de l’éducation des Länder et le ministère de l’Education nationale, 100 élèves, scolarisés dans près de 100 établissements en France, en Allemagne et en Europe, viendront en tant qu’ « Ambassadeurs pour la paix » présenter leurs propositions pour un avenir pacifique. Ils contribueront ainsi à la définition d’un avenir commun, résolument orienté vers la coopération entre les peuples.

2014 – 2018 : cinq années pour sensibiliser les jeunes à la paix

Le projet « Youth for Peace – 100 ans après la Première Guerre mondiale, 100 idées pour la paix » vient clore une série d’évènements, organisés en lien avec le centenaire de la Première Guerre mondiale.

En 2014, c’est au Vieil-Armand (Hartmannswillerkopf), en Alsace, théâtre de l’une des batailles les plus sanglantes de la Grande Guerre, qu’une centaine de jeunes de France et d’Allemagne a transmis un message de paix aux chefs d’État des deux pays, François Hollande et Joachim Gauck.

En 2016, 4 000 adolescents ont célébré la paix à Verdun, en présence du président de la République française, François Hollande, et de la chancelière allemande, Angela Merkel, ainsi que de nombreux membres des deux gouvernements.

Durant cette période, l’OFAJ s’est aussi adressé aux jeunes, aux acteurs du travail de jeunesse et de l’éducation ainsi qu’aux associations, à travers un appel à projets intitulé « 100 projets pour la paix en Europe ». Des initiatives mettant l’accent sur la transmission de valeurs pacifiques et sur des approches ou des instruments destinés à entretenir un travail de commémoration ont été subventionnées. Ils feront l’objet d’une évaluation par un groupe de chercheurs qui identifieront leur impact et leur apport à la construction d’une mémoire commune au regard d’une histoire partagée.

Une coopération internationale exceptionnelle

Cette manifestation est placée sous le patronage du ministère fédéral des Affaires étrangères allemand et de la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale.

Elle est organisée par l’Office franco-allemand pour la Jeunesse, en étroite coopération avec l’Institut français d’Allemagne, l’Ambassade de France en Allemagne, le Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge e.V et l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre.

Huit organisations de jeunesse bi- et multilatérales sont partenaires du projet ainsi que la Körber-Stiftung, le groupe de travail fédéral « Arbeit und Leben », l’agence « Jugend für Europa » et l’agence fédérale allemande dédiée au travail de jeunesse « IJAB e.V. ».

Pour plus d’informations, veuillez consulter le site : https://www.ofaj.org/youth-for-peace.html ou contactez le service presse : thieltges@ofaj.org, +33 1 40 78 18 45.

7 septembre
2018

Une journée franco-allemande placée sous le signe du climat et de l’environnement (7 septembre 2018)

Une journée franco-allemande placée sous le signe du climat et de l’environnement (7 septembre 2018)

Les Secrétaires d’État français et allemand chargés de l’Environnement, Brune POIRSON et Jochen FLASBARTH, ont lancé hier à Paris un groupe de travail interministériel sur la question climatique (“ Groupe de travail Meseberg sur le Climat”). À travers ce lancement, la France et l’Allemagne réaffirment leur détermination à agir, dans tous les secteurs, sur l’urgence climatique, dans un contexte de fréquence accrue des catastrophes naturelles. À cette occasion, les ministères de l’Environnement français et allemand ont également renforcé leur coopération pour répondre aux nombreux défis dans les domaines de la biodiversité et de l’exposition aux substances chimiques.

Les Secrétaires d’État Brune POIRSON (FRA) et Jochen FLASBARTH (ALL) ont déclaré : « la Déclaration du Sommet franco-allemand de Meseberg en juin dernier a envoyé un signal fort sur la question climatique, et ce sur la base d’un mandat clair : seul un effort interministériel nous permettra de mettre en œuvre l’Accord de Paris et d’atteindre nos objectifs climatiques ; ce n’est qu’en suscitant des changements dans des domaines clés, tels que, les transports, l’énergie, les bâtiments, l’industrie ou l’agriculture que nous irons de l’avant ; aujourd’hui, avec la première réunion du groupe de travail interministériel sur le climat, nous répondons à la demande du Président de la République française et de la chancelière allemande et nous intensifions notre collaboration à tous les niveaux en lien avec les ministères concernés. Une pareille coopération est inédite et encourageante. »

Ainsi, des représentants des ministères français et allemand de l’Environnement, de l’Économie, de l’Énergie, des Finances, de l’Agriculture, des Transports, de la Construction, des Affaires étrangères, du Développement et de la Recherche ont participé au lancement du groupe de travail, sous la présidence des Secrétaires d’État, Brune POIRSON et Jochen FLASBARTH.

Le Groupe de travail Meseberg sur le climat s’est concentré sur les moyens de répondre aux ambitions de l’accord de Paris, sur la contribution de chaque secteur de l’économie à la réalisation des objectifs climatiques à moyen et long terme et sur une utilisation efficace des instruments disponibles pour atteindre ces objectifs climatiques ambitieux, tels que le budget de l’UE, la finance durable et les incitations économiques. La France et l’Allemagne ont notamment décidé de présenter d’ici début 2019 des options sur la tarification du carbone. Enfin, une collaboration sur des initiatives au niveau international visant à mettre en œuvre de manière décisive l’Accord de Paris a été proposée.

A cette occasion, dans le cadre d’un séminaire, les ministères de l’Environnement français et allemand ont également partagé leurs positions sur le climat, la biodiversité, ainsi que sur les questions de santé et d’environnement et ont défini des pistes d’action communes.

En matière de biodiversité, la France et l’Allemagne reconnaissent la nécessité de générer une dynamique et une prise de conscience de même ampleur que celles générées par le climat. Cela suppose l’adoption de mesures trans-sectorielles relatives notamment à l’utilisation des pesticides, la protection des espaces naturels, l’eau, etc... La France et l’Allemagne profiteront de plusieurs événements internationaux majeurs sur la biodiversité qui auront lieu d’ici 2020 pour porter ce message. Les deux ministères s’accordent pour la mise en œuvre obligatoire de l’eco-scheme proposé par la Commission dans le cadre de la future PAC pour tous les États membres dans le cadre de la future PAC notamment dans un objectif de reconquête de la biodiversité au niveau européen. À cette fin, le renforcement de l’ambition environnementale de la PAC portée de façon constante par la France est indispensable pour répondre aux attentes de la société et orienter la transition du secteur agricole vers des modèles de production plus durables.

En ce qui concerne les questions de santé et d’environnement, les ministères de l’environnement français et allemand travailleront ensemble pour améliorer la mise en œuvre du règlement REACH, en améliorant par exemple les informations sur les effets à long terme des substances chimiques pour la santé et l’environnement. Ils exploreront également les possibilités pour renforcer la qualité, l’indépendance et la transparence des processus d’évaluation toxicologique réalisés par les agences européennes. Ils s’efforceront de faire en sorte que l’UE propose une définition ambitieuse des nanomatériaux, qui soit transversale à toutes les réglementations et applicable à tous les secteurs de l’économie.

En parallèle à la réunion des ministères, des collectivités locales, pionnières sur la transition énergétique se sont réunies lors d’une grande conférence à Montreuil pour échanger leurs expériences et forger de nouvelles alliances. Cette initiative visant à renforcer la coopération au niveau des régions et des villes a été lancée lors du séminaire de l’année dernière. « Voir de tels partenariats climatiques franco-allemands se développer est absolument fantastique. Ces villes façonnent leur avenir énergétique avec une véritable vision à long terme », ont déclaré les Secrétaires d’État, Jochen FLASBARTH et Brune POIRSON.

Source : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/journee-franco-allemande-placee-sous-signe-du-climat-et-lenvironnement