L’actualité

7 mai
2018

Séminaire de travail de Jean-Yves Le Drian avec son homologue allemand, Heiko Maas (Berlin, 7 mai 2018)

Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, se rend à Berlin le 7 mai pour un séminaire de travail avec son homologue allemand, Heiko Maas. Cette réunion a permis d’approfondir encore le dialogue de confiance engagé avec le nouveau ministre des affaires étrangères allemand, qui s’était rendu à Paris le 14 mars, dès le soir de sa nomination.

Les échanges ont porté sur les principaux sujets de l’actualité internationale, sur lesquels nos pays travaillent en étroite et permanente coordination :

Europe : ce sujet a été au cœur de l’entretien. Les ministres ont évoqué les travaux en cours sur l’avenir de l’Union, les propositions de la Commission européenne sur le cadre financier ainsi que les questions relatives à l’élargissement de l’Union européenne. Sur l’Europe de la défense, et dans la perspective de l’échéance importante du conseil européen des 28 et 29 juin, M.Jean-Yves Le Drian a réaffirmé notre attachement au maintien d’un niveau d’ambition élevé sur la création du fonds européen de défense et la mise en œuvre de la coopération structurée permanente, au service de l’autonomie stratégique de l’Union européenne ;

relations transatlantiques : dans le prolongement des visites à Washington du président de la République et de la chancelière allemande, les ministres ont réaffirmé notre attachement à des relations fondées sur les principes d’un commerce libre et équitable et sur la recherche de solutions collectives dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce. Avec leurs partenaires européens, la France et l’Allemagne ont soutenu la poursuite du dialogue pour faire émerger un agenda positif sur le commerce mondial et les échanges internationaux. Sur les tarifs de l’acier et de l’aluminium en particulier, la France a continué à plaider pour que l’Union européenne bénéficie d’une exemption totale, permanente et non conditionnée : aucune raison ne justifie que l’Union européenne soit soumise à des augmentations unilatérales de droits de douanes. L’Union européenne doit rester unie et solidaire comme elle l’a fait ces dernières semaines ;

Russie : à quelques jours de la visite du président de la République, les ministres ont échangé sur le dialogue exigeant que nous souhaitions entretenir avec la Russie sur les différents volets de nos relations : relations Union européenne-Russie et importance de maintenir l’unité européenne ; pleine mise en œuvre par les parties du processus de Minsk sur l’Ukraine, afin de parvenir à une résolution du conflit à l’est de l’Ukraine ; situation en Syrie et dialogue sur les discussions avec l’Iran, sur lesquels nous attendions de la Russie un rôle constructif ;

Iran : en amont de la décision américaine sur le JCPOA, M.Jean-Yves Le Drian a eu un échange approfondi avec son homologue allemand sur les différents volets de notre relation avec l’Iran. Il a rappelé l’approche définie par le président de la République pour que des discussions puissent s’ouvrir, en étroite concertation avec les membres permanents du Conseil de sécurité et les puissances européennes et régionales, sur la préservation des acquis de l’accord conclu à Vienne en 2015, le contrôle de l’activité nucléaire après 2025, le programme balistique de l’Iran et le rôle de ce pays dans la région, notamment en Syrie et au Yémen ;

Syrie : les ministres ont continué les échanges qu’ils ont engagés sur les initiatives à prendre pour lutter durablement contre Daech, priver le régime syrien de son arsenal chimique, répondre aux besoins humanitaires et parvenir à une solution politique. Avec leurs partenaires du « small group » qui s’est réuni à Paris le 26 avril, la France et l’Allemagne travaillent à des solutions concrètes permettant d’avancer sur le chemin de la paix en Syrie.

27 avril
2018

Salon aéronautique de Berlin : signature de projets d’armement franco-allemands (27 avril 2018)

À l’occasion du Salon aéronautique de Berlin, ILA 2018, qui se déroule du 25 au 29 avril, et dont la France est le pays partenaire cette année, Français et Allemands ont vu leurs principaux projets de coopération se concrétiser.

Le High Level Common OperationalRequirement Document (HL CORD), qui constitue la première étape significative pour le Système de combat aérien futur (SCAF), a été notamment signé. La maquette à l’échelle du drone MALE européen a été également présentée, concrétisant ainsi les travaux conjoints.

Une déclaration d’intention ministérielle pour la réalisation d’un programme de remplacement des capacités de patrouille maritime a été également signée. La ministre des armées, Florence Parly, s’eset rendu sur le salon le 26 avril en compagnie de son homologue Ursula von der Leyen, afin de marquer l’importance de ces jalons dont le franchissement est le fruit d’intenses travaux entre les deux pays.

Pour en savoir plus : Site du Ministère des Armées

26 avril
2018

Visite de lauréats diplomates allemands (Paris, 25 avril 2018)

Dans le cadre du traité de l’Elysée, le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et l’Auswärtiges Amt procèdent chaque année à un échange d’une semaine pour les auditeurs des formations diplomatiques et consulaires françaises et allemandes.

Cette année, 10 auditeurs francophones de la 72ème promotion de l’Académie diplomatique allemande, sur le point d’achever leur cycle de formation démarré en mai 2017, ont rejoint pour une semaine le MEAE, du 23 au 27 avril 2018. Un des objectifs de ce stage d’immersion est de renforcer les liens franco-allemands en permettant aux auditeurs de développer des contacts qu’ils pourront mettre en application dès leur prise de fonctions à l’Auswärtiges Amt.

Les 10 auditeurs se voient proposer durant la semaine quelques moments de rencontre communs. Ils ont notamment visité l’Hôtel du Ministre au Quai d’Orsay, le Centre de Crise et de Soutien (CDCS) et ont rencontré la mission franco-allemande, à la Direction de l’Union Européenne.

21 mars
2018

Entretien entre Nathalie Loiseau et son homologue allemand, Michaël Roth (Paris, 19 mars 2018)

Nathalie Loiseau, ministre chargée des affaires européennes, a reçu ce matin son homologue allemand, Michaël Roth, quelques jours après la rencontre entre Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, et Heiko Maas, ministre fédéral des affaires étrangères.

La visite de Michaël Roth, immédiatement après celle, le 16 mars, à Paris de la chancelière, Angela Merkel, et avant le Conseil européen des 22 et 23 mars, témoigne de notre volonté de renforcer encore le partenariat franco-allemand et de refonder l’Union européenne.

Mme Loiseau et M.Roth ont échangé sur les grands thèmes du prochain Conseil européen et du sommet de la zone euro du 23 mars. Ils ont également fait le point sur les travaux en cours pour élaborer un nouveau traité de l’Élysée, comme annoncé par le président de la République et la chancelière le 21 janvier 2018.

Ils ont travaillé sur la façon dont les consultations citoyennes sur l’Europe, qui seront menées dans la quasi-totalité des États membres à partir d’avril, seront organisées en France et en Allemagne pour pouvoir donner la parole aux citoyens européens et les inviter à exprimer leurs espoirs et leurs attentes vis-à-vis de la construction européenne.

Pour aller plus loin

Lire l’entretien de Nathalie Loiseau, ministre chargé des affaires européennes et de Michael Roth, ministre adjoint aux affaires étrangères d’Allemagne, avec le quotidien « Le Figaro » (20.03.18)

21 mars
2018

E-edupleX, le nouveau rendez-vous éducatif européen

Le 21 mars 2018, plusieurs acteurs de l’éducation français, allemands et suisses se sont retrouvés au Lycée Franco-Allemand de Fribourg-en-Brisgau autour d’un nouveau rendez-vous européen : E-edupleX (European educational multiplexing).

Les participants (enseignants, élèves, universitaires et responsables d’entreprises) ont pu échanger et trouver de nouvelles idées au cours de trois eduplexi multilingues :
- le speed dating de l’éducation en Europe https://padlet.com/la_soiree_duplex/Speed_Dating_De_l_Education_en_Europe
- les conférences à propos du processus de Bologne et de la science de la complexité
- la soirée DupleX (soirée scientifique, théâtrale et linguistique)

Les feedback sont extrêmement positifs :
- Un élève souhaite reproduire le projet d’un autre établissement scolaire.
- Une responsable d’entreprise française était très intéressée par un projet scolaire innovant en Allemagne.
- Un étudiant était heureux d’avoir pu participer à la soirée DupleX car cela l’avait bien préparé pour la soutenance d’un concours universitaire.
- Etc…

Le bilan complet de cette manifestation a été diffusé sur le site de notre partenaire Eucor, Le Campus européen (regroupement de l’Université de Bâle, l’Université de Freiburg, l’Université de Haute-Alsace, l’Université de Strasbourg et l’Institut de technologie de Karlsruhe) :
http://www.eucor-uni.org/sites/eucor-uni.org/files/eeduplex_-_21.03.2018.pdf

16 mars
2018

Déclaration du Président de la République à l’occasion de la déclaration conjointe avec la Chancelière de la République fédérale d’Allemagne Angela Merkel

SEUL LE PRONONCÉ FAIT FOI.
Elysée – Vendredi 16 mars 2018

Mesdames et Messieurs, je suis heureux d’accueillir aujourd’hui la Chancelière allemande, Angela MERKEL, et je veux la remercier d’être ici à Paris pour cette première visite officielle à l’étranger depuis sa réélection à la tête du gouvernement allemand et je veux avant toute chose la féliciter pour cette réélection. Nous n’avons cessé durant ces derniers mois de travailler ensemble et je sais que la Chancelière a beaucoup œuvré pour construire un accord de coalition solide pour qu’il soit accepté par les partenaires et maintenant c’est chose faite et je dois vous dire ici toute la joie qui est la nôtre que tout cela ait trouvé une bonne fin et que la Chancelière ait ainsi pu être à nouveau élue. Et donc toutes mes félicitations, Madame la Chancelière, chère Angela, et bienvenue à Paris.

Ceci met l’Europe et le partenariat avec la France au cœur de nos préoccupations, comme l’accord de coalition l’a lui-même porté. Au-delà de nos échanges d’aujourd’hui, plusieurs de nos ministres se rencontrent aujourd’hui, se rencontreront dans les prochains jours qui, dans le cadre de la feuille de route que nous définirons, auront aussi à œuvrer.

Je crois que le travail maintenant qui nous attend est important dans un contexte européen profondément bousculé ; profondément bousculé depuis le Brexit ; profondément aussi bousculé depuis l’élection italienne qui a vu monter les extrêmes et qui nous a permis de pleinement toucher du doigt toutes les conséquences à la fois des difficultés économiques durables que nous n’avons pas su totalement régler et des défis migratoires que nous n’avons pas non plus totalement pu régler.

Ceci nous confère évidemment une responsabilité importante alors même que les tensions internationales ne cessent de croître et je veux ici, nous en parlerons évidemment longuement avec la Chancelière, avoir évidemment un mot de solidarité pour nos amis britanniques et redire ici toute la solidarité des alliés à l’égard de la Grande-Bretagne qui a subi une attaque sur son sol ; redire ici que nous condamnons cette ingérence russe et ce qui s’est passé puisque tout porte à croire que c’est bien la Russie qui a conduit à ces tentatives d’assassinat ; et réaffirmer aussi notre volonté commune - et nous l’avons constamment portée ces derniers mois comme ces dernières années avec l’Allemagne - d’interdire toute forme d’utilisation d’armes chimiques quelles qu’elles soient, conformément à nos engagements au sein des Nations unies comme de l’OTAN.

Notre responsabilité donc dans ce contexte est extrêmement importante. J’entends là aussi les commentaires de doutes ou de résignation, ceux qui toujours veulent guetter l’échec ou la division. Je crois que nous sommes l’un et l’autre pleinement conscients de notre responsabilité aujourd’hui.

Pendant de longues années, l’Allemagne a attendu que la France conduise ses réformes ; la France les a faites ces derniers mois dans des circonstances inédites et avec volontarisme et nous continuerons à les mettre en œuvre.

Pendant de longues années, l’Europe a attendu que le couple franco-allemand avance et propose avec la force qu’il a historiquement su trouver à chacune des grandes étapes de l’Europe. Nous y sommes prêts. Et c’est donc cette étape qui est désormais devant nous.

Il y a six mois, j’ai fait des propositions ; nous avons beaucoup discuté avant celles-ci, ensemble, nous avons beaucoup discuté depuis. Il est indispensable aujourd’hui que nous puissions ensemble construire cette ambition nouvelle. C’est cela notre tâche d’ici au mois de juin. Sur l’Union économique et monétaire et en particulier la zone euro, notre capacité à réarticuler responsabilité et solidarité ; sur la politique migratoire, la politique de défense, la politique commerciale mais aussi nos politiques de recherche, notre culture, sur la politique éducative et l’essentiel des grands domaines que nous avons pu ensemble définir, nous proposerons une feuille de route claire, ambitieuse pour cette refondation d’ici au mois de juin et nous y mettrons l’énergie requise.

Au-delà de cette feuille de route européenne, il y a bien entendu la relation bilatérale et nous avons il y a plusieurs semaines réaffirmé notre volonté commune d’avancer aussi sur un nouveau traité de l’Elysée, un traité conjoint ; et c’est aussi ce chapitre bilatéral sur lequel s’est toujours construite notre ambition européenne que nous allons travailler et dont nous allons discuter ce soir.

Vous l’avez compris, s’ouvre donc aujourd’hui une page importante où durant le trimestre qui vient, nous aurons beaucoup à faire, non seulement pour prendre des décisions de court terme mais aussi pour dessiner des perspectives de moyen et long termes, indispensables pour notre Europe et sans doute plus indispensables aujourd’hui encore qu’il y a quelques mois.

En tout cas Madame la Chancelière, chère Angela, vous savez combien j’y suis prêt et combien j’attends ce travail conjoint et je veux vous dire donc une nouvelle fois, bienvenue ici à Paris et surtout bravo pour ce gouvernement ainsi formé et la confiance du Parlement obtenue.

16 mars
2018

Conférence de presse de Bruno Le Maire et Olaf Scholz, le 16 mars [Vidéo]

Scholz, Vice-chancelier et ministre des Finances de la République fédérale d’Allemagne, pour un déjeuner de travail en vue du sommet de la zone euro, au ministère de l’Économie et des Finances.

Revoir la conférence de presse en différé :

24 janvier
2018

Dialogue d’avenir franco-allemand

Renforcer la démocratie en Europe

Les dernières élections en France et en Allemagne ont mis en lumière l’existence de clivages sociaux profonds dans les deux pays. Une partie de la société se sent exclue du processus de prise de décision et s’abstient, manifeste ou se résigne face à cette perte de confiance. Nous cherchons à com-prendre les raisons expliquant ces attitudes et trouver des approches innovatrices pour renforcer la démocratie en Europe. Le Dialogue d’avenir franco-allemand servira de plateforme pour réunir et diffuser le savoir, la créativité et la diversité.

Echange entre jeunes cadres

Depuis 2007, le Dialogue d’avenir franco-allemand réunit des jeunes cadres des deux pays et encourage un échange intensif sur des questions relatives à l’avenir de l’Europe. Les participants – issus des secteurs politique, scientifique, administratif, économique, et culturel – partagent un intérêt particulier pour le pays voisin grâce à des expériences professionnelles ou universitaires. Le Dialogue d’avenir franco-allemand est organisé par le Cerfa de l’Institut français des relations internationales (Ifri) et la Deutsche Gesellschaft für Auswärtige Politik (DGAP) avec le soutien de la Fondation Robert Bosch.

* Public visé : jeunes cadres et doctorants de France et d’Allemagne

* Date limite de dépôt des dossiers : le 4 février 2018

PDF - 164.4 ko
23 janvier
2018

Portraits croisés de diplomates d’échange

Le 22 janvier 1963, Charles de Gaulle et Konrad Adenauer signaient un traité de coopération destiné à sceller la réconciliation entre la France et la République Fédérale d’Allemagne : le Traité de l’Élysée. Ce traité est depuis parvenu à fournir un cadre dans lequel une profonde amitié entre la France et l’Allemagne a pu se développer.

A l’occasion du 40ème anniversaire du Traité de l’Elysée, le 22 janvier 2003, le Président français Jacques Chirac et son homologue allemand, le chancelier Gerhard Schröder, ont décidé de donner une nouvelle forme aux concertations régulières de haut niveau en créant le format des Conseils des ministres franco-allemands. Ces Conseils assurent depuis la coordination de la coopération franco-allemande au plus haut niveau. Un Secrétaire général pour la coopération franco-allemande a été institué dans chaque pays qui coordonne la préparation des Conseil des ministres franco-allemands ainsi que le suivi de la mise en œuvre des décisions prises dans les domaines d’action prioritaire. Cette personnalité de haut niveau, en France, est actuellement la Ministre chargée des affaires européennes, Nathalie Loiseau ; elle est assistée d’un adjoint du pays partenaire.

De cette façon, une diplomate allemande, Mme Gudrun Lingner travaille actuellement comme Secrétaire générale adjointe et conseillère dans le cabinet de la Ministre Nathalie Loiseau, tout comme à Berlin, la diplomate française Lucie Stepanyan occupe les mêmes fonctions aux côtés du Ministre chargé des affaires européennes à l’Auswärtiges Amt, Michael Roth.

Voici leurs portraits :

22 janvier
2018

Déclaration conjointe à l’occasion du 55e anniversaire de la signature du Traité sur la coopération franco-allemande du 22 janvier 1963

Il y a 55 ans, Charles de Gaulle et Konrad Adenauer signaient le Traité sur la coopération franco-allemande (Traité de l’Élysée). Ce traité, événement majeur dans l’histoire de l’amitié franco-allemande, demeure la base d’une coopération vaste et fondée sur la confiance entre nos pays et nos concitoyens. Depuis lors, l’amitié franco-allemande est un pilier de l’intégration européenne.

La France et l’Allemagne sont l’une pour l’autre des partenaires politiques majeurs et des voisins de confiance. Les citoyens français et allemands sont étroitement liés. Nos gouvernements partagent une même responsabilité face aux nombreux défis auxquels sont confrontés l’Europe et le monde.

A l’occasion du 55e anniversaire du Traité de l’Élysée, le Président de la République française et la Chancelière de la République fédérale d’Allemagne réaffirment leur détermination à approfondir encore la coopération entre la France et l’Allemagne, conformément à l’esprit fondateur de coopération concrète et de rapprochement des citoyens du Traité de l’Élysée.

Le Président et la Chancelière saluent la résolution commune de nos deux Parlements et leur volonté de renforcer l’institutionnalisation de la coopération grâce à un accord parlementaire bilatéral officiel.

La France et l’Allemagne s’efforcent d’élargir encore la coopération franco-allemande, afin de relever les défis politiques, économiques, sociaux et technologiques des prochaines décennies. Il s’agit notamment de consolider et de rénover notre coopération, dans le but d’aller de l’avant sur la voie d’une Europe prospère et compétitive, plus souveraine, unie et démocratique. Notre ambition est de définir des positions communes sur toutes les questions européennes et internationales importantes.

Lire l’intégralité de la déclaration :

PDF - 27.3 ko